NOUVELLES
15/11/2013 06:10 EST | Actualisé 15/01/2014 05:12 EST

Une tempête d'émotions  

Lorsque le typhon Haiyan a frappé les Philippines le 8 novembre dernier, Vincent Roberge et Christine Thibault étaient à Québec. Leur futur petit garçon, lui, se trouvait dans la région de Tacloban, celle dévastée par le cyclone.

Vincent Roberge et Christine Thibault ont entamé des démarches d'adoption, il y a 4 ans. En août, ils ont été jumelés à Adrian, qui aura 2 ans le mois prochain.

Le couple attendait le visa du jeune garçon qu'ils prévoyaient aller chercher pendant la période des Fêtes, lorsque le typhon Haiyan a soufflé sur les Philippines.

Au lendemain du désastre, ils ont appris par un chasseur de typhons que l'orphelinat, situé à Palo, tout près de Tacloban, avait été détruit. Adrian se trouvait dans une famille d'accueil lié à l'orphelinat.

Le couple de Québec est resté sans nouvelles du bambin jusqu'à jeudi. « Ce qui est le plus traumatisant dans tout le processus, c'est le manque d'informations. C'est la coupure totale et l'impuissance », raconte Vincent.

L'Autorité centrale des Philippines, le Inter-Country Adoption Board (ICAB) a confirmé à l'organisme responsable de l'adoption, Formons une famille, que tous les enfants philippins destinés à l'adoption étaient toujours en vie. « On sait que tout le monde est sain et sauf, vivant. C'est tout ce qu'on sait », affirme le jeune père.

Vendredi, les futurs parents ont finalement reçu le visa d'Adrian. Citoyenneté et Immigration Canada a d'ailleurs fait savoir qu'elle traitera en priorité les demandes présentées par des Philippins qui ont été touchés directement et de façon importante par le typhon Haiyan.

Une douzaine de familles québécoises sont sur le point d'adopter un enfant philippin.