NOUVELLES
15/11/2013 07:32 EST | Actualisé 15/01/2014 05:12 EST

Shelly Glover ne sera pas pénalisée pour ses dépenses électorales en trop

La ministre du Patrimoine et des langues officielles ne sera pas pénalisée pour avoir dépassé la limite légale de ses frais de campagne lors des élections de 2011. Shelly Glover s'est toutefois engagée à dépenser moins que la limite permise lors de sa prochaine campagne.

L'agent officiel de Shelly Glover a obtenu une entente avec le commissaire aux élections, Yves Côté.

Selon cette entente il a été reconnu que Shelly Glover a dépensé 2 267 $ de plus que la limite légale fixée lors de sa campagne de 2011 dans la circonscription de Saint-Boniface au Manitoba.

Les dépenses excessives de l'ancienne candidate à la députation ont été atteintes par « inadvertance et lors d'un honnête malentendu sur ce qui constitue les frais de campagne. », stipule l'entente.

L'entente entre l'agent officiel de Shelly Glover et le commissaire aux élections prévoit que, si sa candidature est confirmée en 2015, elle dépensera volontairement 2 267 $ de moins que la limite légale imposée.

Au printemps dernier, Shelly Glover et le député de Selkirk Interlake, James Bezan, risquaient de perdre leur droit de siéger et de voter à la Chambre des Communes en raison des irrégularités dans leurs dépenses de campagne.

Le directeur général des élections, Marc Mayrand, avait demandé au président de la Chambre des Communes que les deux députés soient défaits de leurs privilèges, car ils refusaient de modifier ce qu'Élections Canada considérait comme un calcul erroné de certaines dépenses de campagne.

Shelly Glover avait brièvement menacé de mener Élections Canada devant les tribunaux avant de reculer et d'accepter de modifier ses comptes de campagne.

Le député de Selkirk Interlake, James Bezan, nie toujours avoir dépassé la limite des dépenses permise et poursuit sa contestation judiciaire contre Élections Canada.