NOUVELLES
15/11/2013 10:43 EST | Actualisé 15/01/2014 05:12 EST

Le procureur de la FIFA enquête sur les matchs truqués en Afrique du Sud

JOHANNESBURG - Frustré par les délais en Afrique du Sud, le procureur du comité d'éthique de la FIFA a ouvert une enquête sur les allégations de matchs truqués lors des matches amicaux internationaux avant la Coupe du monde 2010.

La FIFA a déclaré dans une déclaration à l'Associated Press que Michael Garcia, le président du comité d'éthique de la commission d'enquête de la FIFA, est allé de l'avant parce que le gouvernement sud-africain n'avait pas encore mis en place une enquête, sept mois après avoir dit qu'il le ferait et plus de trois ans après les matchs visés.

La FIFA a déclaré que Garcia «a décidé d'ouvrir une enquête préliminaire sur les cas présumés de manipulation des résultats de matchs en Afrique du Sud en raison du temps écoulé» compte tenu que l'Afrique du Sud avait initialement accepté de lancer sa propre enquête.

La FIFA a trouvé de solides preuves que les matchs amicaux internationaux disputés dans le pays hôte, quelques semaines avant la Coupe du monde il y a trois ans, ont été truqués, avec des allégations selon lesquelles les résultats ont été manipulés par des arbitres véreux qui travaillent pour les syndicats asiatiques de paris illégaux.

Bien que les matchs impliqués n'ont pas été identifiés, les victoires de 5-0 de l'Afrique du Sud contre le Guatemala et de 2-1 aux dépens de la Colombie en mai 2010, juste avant la Coupe du monde, ont longtemps été soupçonnées. Trois pénalités ont été décernées dans chaque match, surtout pour faute de main, avec un certain nombre de décisions contestables.

Cette décision du comité d'éthique de la FIFA démontre une rupture dans les relations entre l'organisme international et l'ancien pays hôte de la Coupe du monde. Le ministre des sports de l'Afrique du Sud Fikile Mbalula a critiqué la FIFA cette semaine, l'accusant d'ingérence dans les affaires de l'Afrique du Sud.

La FIFA a fait savoir qu'elle a été autorisée à enquêter en vertu de son code de déontologie.