NOUVELLES
14/11/2013 02:00 EST | Actualisé 14/01/2014 05:12 EST

Le déficit commercial du Canada avec le monde a diminué en septembre

OTTAWA - Un bond des exportations de produits énergétiques a permis au Canada de connaître en septembre l'une de ses meilleures performances en matière de commerce international depuis quelques mois, alors que le déficit commercial du pays avec le monde a diminué, étant passé à 435 millions $, contre 1,1 milliard $ le mois précédent, a fait savoir jeudi Statistique Canada.

Il s'agit d'un résultat meilleur que prévu pour ce qui a constitué l'an dernier le talon d'Achille de l'économie canadienne. Des analystes ont cependant fait remarquer que ce résultat ne reflétait pas une reprise durable pour les exportations, qui représentent un secteur économique clé.

En effet, les gains ont pour la plupart été réalisés dans le secteur de l'énergie, dont les exportations ont augmenté de 4,6 pour cent, mais les prix du pétrole ont diminué ces dernières semaines au pays.

En outre, les exportations de produits autres qu'énergétiques n'ont avancé que d'un modeste 0,9 pour cent, tandis que celles de véhicules automobiles — une autre industrie importante — n'ont progressé que légèrement.

Le déficit commercial constaté lors du troisième trimestre a été en moyenne de quelque 920 millions $ par mois, ce qui devrait retrancher entre un et 1,5 point de pourcentage à la croissance économique du pays durant la période de trois mois. Néanmoins, des économistes prédisent encore une saine progression de 2,5 à 2,8 pour cent pour le trimestre, même si elle serait imputable à l'activité économique au pays, en particulier dans le secteur de l'habitation.

Dans l'ensemble, les exportations de marchandises du Canada ont augmenté de 1,8 pour cent et atteint 40,6 milliards $ en septembre, le secteur de l'aviation ayant notamment connu un bon mois, tandis que les importations ont affiché une légère hausse de 0,2 pour cent, à 41,1 milliards $.

L'économiste en chef chez BMO Marchés des capitaux, Doug Porter, a estimé qu'il s'agissait de bons résultats coiffés d'un bémol. Selon lui, la situation commerciale du Canada repose de façon trop importante sur les exportations de pétrole et de gaz naturel.