NOUVELLES
13/11/2013 09:52 EST | Actualisé 13/01/2014 05:12 EST

L'Hôpital général juif ne veut pas de la charte des valeurs

Jusque-là discret dans le débat sur la charte des valeurs du gouvernement Marois, l'Hôpital général juif (HGJ) rompt son silence. L'hôpital qualifie le projet de loi de « boiteux », précisant qu'il ne reflète pas « l'esprit d'inclusion » et de « tolérance » des Québécois, dans un communiqué émis jeudi.

L'Hôpital général juif s'oppose ainsi clairement au projet de loi 60, qu'il considère « discriminatoire ». L'institution affirme que le port de signes religieux par ses employés ne nuit aucunement à la neutralité dans la prestation des services de soins de santé.

C'est qu'à l'Hôpital général juif, kippa, voile, croix et autres signes religieux se côtoient au quotidien : la clientèle est tout aussi diverse que les employés. L'hôpital a été fondé en 1934, pour accueillir les médecins résidents juifs qui étaient refusés dans les autres hôpitaux québécois à cause de l'antisémitisme.

Le neurologue Ronald Schondorf, qui porte la kippa, estime que les signes religieux ostentatoires n'ont aucune incidence sur les relations entre les patients et le personnel hospitalier.

« On parle d'habitude de deux solitudes, mais quand un patient est devant nous, c'est une seule solitude, [...] c'est juste un patient qui est malade, qui cherche de l'aide », explique M. Schondorf, qui est le fils d'un survivant de la Shoah.

Il ne souhaite pas enlever sa kippa, symbole de ses valeurs et de ses croyances. « La kippa que je porte sur la tête, c'est uniquement pour moi un bon signe que j'ai le Bon Dieu devant moi, ça m'aide à soigner mes patients, ça m'aide à rester honnête », dit-il.

L'hôpital ne veut pas de dérogation

Le ministre Bernard Drainville a précisé que son projet de loi prévoit que des institutions avec une histoire particulière comme l'Hôpital général juif puissent obtenir une dérogation renouvelable de cinq ans.

L'hôpital rejette cette solution provisoire. « Comme il est intrinsèquement préjudiciable, il serait vain de profiter de toute clause qui nous accorderait un sursis temporaire et à court terme. Si cette législation offensante est adoptée, il sera extrêmement difficile pour l'HGJ d'exercer ses fonctions en tant que membre exemplaire du système de santé publique du Québec. » a déclaré Lawrence Rosenberg, directeur général de l'hôpital, dans son communiqué de presse.

Les médecins de l'hôpital proviennent de diverses universités, et sont de différentes religions. Ruba Benini, résidente neurologue, souhaite se spécialiser en épilepsie pédiatrique. Mais si la charte entre en vigueur, ce ne seront pas des enfants québécois qu'elle soignera.

« Si cette charte est réalisée, et j'espère que non, ce n'est pas un choix pour moi, il faut que je quitte le Québec, (...) ma maison, pour être capable de continuer à pratiquer ma religion », explique la jeune femme de 34 ans, qui porte le voile islamique. « Le voile, ce n'est pas un signe religieux, ça fait partie de ma vie », dit-elle.

L'hôpital déposera un mémoire à l'Assemblée nationale afin de faire valoir sa position.