NOUVELLES
12/11/2013 05:51 EST | Actualisé 12/01/2014 05:12 EST

Price arrache un point

Le Canadien a mis 40 minutes à se rendre compte que le Lightning de Tampa Bay sait jouer au hockey même sans Steven Stamkos.

Un texte de Guillaume Lefrançois Twitter Courriel

Contre un Lightning (13-5-0) privé de son meilleur élément, et qui disputait un deuxième match en deux soirs, les joueurs du Canadien (9-8-2) ont affiché aussi peu d'entrain qu'un enfant dans un magasin d'aspirateurs. Sans surprise, la formation floridienne a remporté une victoire bien méritée de 2-1 en tirs de barrage, mardi, à Montréal.

Valtteri Filpulla a inscrit l'unique but de la fusillade, tandis qu'Alex Galchenyuk, Daniel Brière et Brendan Gallagher ont tous été arrêtés par le géant Ben Bishop. Le CH subit une deuxième défaite en deux séances de tirs de barrage cette saison, et n'a pas même marqué un seul but.

Mais le match se serait assurément réglé en 60 minutes - à la faveur des visiteurs - sans une prestation mémorable de Carey Price. Le gardien a repoussé 44 rondelles, son plus haut total d'arrêts depuis le 13 octobre 2010.

« Ça aurait été bien de gagner. Je n'aime pas vraiment perdre. Il faut en tirer les éléments positifs, on a un point », a répondu un Price pas très jasant.

Le gardien avait déjà laissé sentir sa frustration après le but de Filppula, quand il a ensuite dégagé la rondelle à l'autre bout de la patinoire.

« J'étais juste frustré d'avoir accordé un but », a répondu Price.

« S'il ne joue pas comme ça, on ne vole pas un point, a estimé le défenseur Josh Gorges. Donc on lui en doit une. Nous devons comprendre que ce n'est pas proche d'être assez bon. »

Therrien irrité

Le Lightning aurait toutefois mérité de ne pas laisser à ses nouveaux rivaux de division un point de consolation.

Daniel Brière a souligné son retour au jeu en marquant le but égalisateur avec moins de cinq minutes à écouler à la troisième période. Le Gatinois a gagné sa mise au jeu en zone offensive avant de se poster devant le filet, d'où il a fait dévier un tir de Max Pacioretty.

Son filet a fait oublier une sortie très ordinaire du Canadien, et une deuxième période carrément affreuse. Le Canadien s'en tirait effectivement à bon compte avec un retard d'un seul but, car les visiteurs étaient seuls sur la patinoire en deuxième période. Ils ont notamment monopolisé le contrôle du disque pendant une longue séquence en zone adverse, ce qui a entraîné des huées comme on en entendait en 2011-2012.

À forces égales, le Lightning menait d'ailleurs 20-7 aux tirs au but après deux périodes.

« On ne compétitionnait pas, a tranché Michel Therrien. L'autre équipe patinait, remportait les bagarres le long des rampes. Il n'y a pas de secret : quand tu ne patines pas et ne travailles pas, c'est dur d'avoir du succès. Ça ne prend pas grand talent pour ça, ça prend de la détermination. Pendant deux périodes, on n'en avait pas. »

Le désavantage efficace

Ryan Malone, en chutant, a fait dévier un tir d'Eric Brewer pour l'unique filet des Floridiens, en début de match.

En deuxième période, Radko Gudas croyait bien avoir doublé l'avance des siens. Son tir de la ligne bleue a bel et bien battu Price, mais l'arbitre a cru voir la rondelle sur le poteau et le jeu s'est poursuivi. À l'arrêt de jeu suivant, on a fait appel au juge vidéo, qui a déterminé qu'un joueur du Lightning était entré en collision avec Price. On n'a donc pas accordé le but.

Le Lightning a eu trois chances en or de s'éviter les tirs de barrage en fin de match. Rene Bourque et Lars Eller ont été punis en fin de troisième période, tandis qu'Andrei Markov a été coupable d'un dégagement dans la foule en prolongation et a également été puni. Mais des arrêts de Price sur J.T. Brown et Ondrej Palat ont permis au CH de s'en tirer.

Price a toutefois opté pour l'humilité.

« Nos joueurs ont probablement bloqué plusieurs tirs. Le Lightning forme une bonne équipe. Je ne me souviens pas vraiment de gros arrêts que j'ai eu à faire, les joueurs ont été bons pour les forcer à tirer de l'extérieur. »

Therrien, lui, n'était pas d'humeur à complimenter qui que ce soit d'autre que son gardien. On l'a senti quand une collègue lui a demandé ce qu'il a pensé du travail de ses unités de désavantage numérique en fin de match.

« Oui, Carey Price était très bon. »

À noter

  • Brière était de retour au jeu pour le Canadien après avoir raté 10 matchs pour soigner une commotion cérébrale. Pour lui faire une place, David Desharnais a été relégué à la passerelle.