NOUVELLES
12/11/2013 03:25 EST | Actualisé 11/01/2014 05:12 EST

Nétanyahou annule la construction de 20 000 logements en Cisjordanie

Le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou a ordonné mardi soir l'annulation du projet du ministère du Logement de lancer un appel d'offres pour 20 000 logements dans des colonies de Cisjordanie, a annoncé un communiqué officiel.

« Le premier ministre a donné ordre au ministre du Logement Uri Ariel de reconsidérer toutes les mesures concernant la planification [de ces logements] prises sans coordination préalable », a indiqué un communiqué du bureau de M. Nétanyahou publié tard mardi soir.

« Cette initiative ne contribue pas à la colonisation. Au contraire, elle lui porte tort. (...) Cette action provoque une confrontation non nécessaire avec la communauté internationale au moment où nous nous efforçons de persuader des membres de la même communauté de parvenir à un meilleur accord avec l'Iran », a reproché M. Nétanyahou.

Plus tôt dans la journée, l'association israélienne La Paix maintenant indiquait qu'Israël envisageait la construction de 24 000 logements supplémentaires dans les colonies de peuplement de Cisjordanie et de Jérusalem-Est.

Le ministère israélien du Logement a publié à la fin du mois d'octobre les adjudications de projets de construction qui prévoient  19 786 logements en Cisjordanie et de 4000 autres à Jérusalem-Est.

Pour La Paix maintenant, ces offres sont la preuve que le premier ministre Nétanyahou chercherait à empêcher la conclusion d'un accord négocié et une solution à deux États.

À Washington, Jen Psaki, porte-parole du département d'État, a exprimé la « profonde inquiétude » des États-Unis.

« Nous sommes surpris de ces annonces et [...] cherchons à obtenir davantage d'explications auprès du gouvernement israélien », a-t-elle ajouté avant le démenti du premier ministre Nétanyahou.

L'annonce de mardi survient alors qu'Israël et les États-Unis sont à couteaux tirés sur la question du nucléaire iranien. Israël accuse les États-Unis de vouloir forcer un « mauvais accord » avec Téhéran.