NOUVELLES
12/11/2013 03:05 EST | Actualisé 11/01/2014 05:12 EST

Legault rejette la position du fondateur de l'ADQ sur la charte et l'islam

François Legault déplore les propos du fondateur de l'Action démocratique du Québec (ADQ), Jean Allaire, qui a qualifié l'islam de « religion violente ». « Je n'accepte pas qu'on fasse le procès d'une religion », a déclaré le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ) sur Twitter.

Jean Allaire a présenté mardi sa position sur la charte des valeurs dans le journal La Presse. L'avocat, qui a milité en 2012 pour que l'ADQ fusionne avec la CAQ, croit que le parti de François Legault devrait être plus ferme et se rapprocher davantage de la position du Parti québécois (PQ) qui veut interdire le port de symboles religieux pour tous les employés de l'État. M. Allaire semble voir la Charte comme une protection contre l'islam, qu'il qualifie de religion violente, et le Coran, de texte de conquête. Il estime que l'islam n'est pas « une religion comme les autres » et qu'elle « sort tout droit du Moyen Âge ».

M. Allaire dit aussi que la religion juive ne le dérange pas comme la religion musulmane. Les Juifs « ne me fatiguent pas, dit-il. Ils n'essayent pas de nous contrôler ».

François Legault a précisé mardi qu'il avait appelé Jean Allaire en matinée pour lui dire qu'il était en désaccord avec lui et qu'il ne pensait pas qu'il fallait stigmatiser une religion en particulier.

Le chef de la CAQ maintient sa position quant à la charte. Le parti politique prône l'interdiction des symboles religieux, mais strictement pour les personnes en position d'autorité et pour les enseignants.

M. Legault dit que le caucus de la Coalition avenir Québec est uni sur cette question.

La CAQ tient un congrès à Québec ce week-end, qui pourrait être l'occasion pour des membres du parti de s'exprimer sur cet enjeu.