NOUVELLES
12/11/2013 08:39 EST | Actualisé 12/01/2014 05:12 EST

Conflit israélo-palestinien:Israël envisage de nouveaux logements en Cisjoradnie

JÉRUSALEM - Le premier ministre israélien Benjamin Nétanyahou a reculé, mardi, sur des projets controversés de construction des milliers de nouvelles maisons en Cisjordanie, incluant le lotissement d'une zone litigieuse près de Jérusalem.

Ces projets avaient été annoncés plus tôt dans la journée par le ministre du Logement d'Israël, incitant les Palestiniens à menacer de se retirer des négociations de paix en cours. Les représentants américains ont dit avoir été pris de court par cette annonce, exigeant des explications.

Dans un communiqué transmis en fin de journée, mardi, le premier ministre Nétanyahou a soutenu que les plans ne constitueraient en aucun cas «une contribution» aux colonies juives et que cela ne ferait que nuire à la cause.

Il a affirmé que cette annonce avait créé un «conflit non-nécessaire» avec la communauté internationale au moment même où Israël tente de rassembler ses appuis pour faire stopper le programme nucléaire de Téhéran.

Les Palestiniens revendiquent, pour leur futur État, les territoires de la Cisjordanie, Jérusalem-Est et la bande de Gaza, qui avaient été capturés par Israël à l'issue de la guerre de 1967. Ils soutiennent que la construction de colonies juives sur ces terres constitue un acte de mauvaise foi.

Plus de 500 000 colons juifs vivent désormais en Cisjordanie et dans Jérusalem-Est. Israël s'était retiré de la bande de Gaza en 2005. La communauté internationale, dont les États-Unis, estiment que ces colonies sont illégales ou illégitimes.

À Washington, la porte-parole du département d'État Jen Psaki a déclaré que la Maison-Blanche avait été prise par surprise par cette annonce de possibles nouvelles colonies.

«Nous avons été surpris et tentons actuellement d'obtenir des explications supplémentaires de la part du gouvernement d'Israël», a-t-elle indiqué.

«Notre position sur les colonies est très claire; nous rejetons la légitimité des activités de construction en continue. Nous avons demandé aux deux parties d'adopter des mesures pour créer une atmosphère positive pour les négociations.»

Les Palestiniens avaient accepté, sous forte pression américaine, d'abandonner leur exigence de longue date — soit le gel de la construction de logements —, et de revenir à la table des négociations avec Israël en juillet, après une impasse de près de cinq ans.