NOUVELLES
11/11/2013 12:41 EST | Actualisé 11/01/2014 05:12 EST

Typhon Haiyan : les Philippins de Québec inquiets

La communauté philippine de Québec vit des moments difficiles. Plusieurs des 85 familles installées ici s'inquiètent pour leurs proches touchés par le typhon Haiyan.

Selon le gouvernement philippin, le bilan dépassera les 10 000 victimes et les 620 000 déplacés. Trois jours après le passage de la tempête, la dévastation dans la région de Tacloban est si grande que ceux qui vivent à Québec et qui ont de la famille dans cette région du pays ont beaucoup de difficultés à obtenir des informations.

La présidente de l'Association philippine-québécoise, Leonora Laput, raconte qu'une de ses compatriotes n'a aucune nouvelle de sa famille. « Elle est très, très triste, elle est frustrée, désespérée. C'est très difficile. Ta famille est très loin de toi, tu ne sais pas ce qui se passe avec eux autres puis tu n'as pas de moyens pour les rejoindre », dit-elle.

Les Philippins qui ont survécu au typhon meurtrier vivent dans des conditions presque inhumaines, ajoute Mme Laput.

« Les gens marchent dans la rue puis autour d'eux, c'est détruit : les maisons, les bâtiments, les églises mêmes, les centres d'évacuation. Pas de nourriture, pas d'eau potable, pas de linge. Les hôpitaux ont été détruits. Il n'y a pas de médicaments pour ces gens-là », se désole-t-elle.

Leonora Laput craint aussi pour la survie de sa mère, qui habite dans la municipalité d'Ajuy, dans la province de Lloilo. Même si sa maman n'habite pas dans le secteur le plus touché, elle souffre tout de même des effets de la dévastation. « Elle a une machine d'aspiration dont elle a besoin tous les matins, parce qu'elle a beaucoup de sécrétion dans les poumons. Alors, s'il n'y a pas d'électricité, je ne sais pas comment elle fait pour survivre », raconte Mme Laput.

Les Philippins de la région demandent aux gens de Québec de faire des dons pour venir en aide à leur pays.

Les besoins sont grands pour des vêtements, de la nourriture, de l'eau et de l'argent. Les dons peuvent se faire auprès d'organismes humanitaires comme la Croix-Rouge ou directement à l'Association philippine-québécoise.