NOUVELLES
11/11/2013 04:13 EST | Actualisé 11/01/2014 05:12 EST

Les restaurateurs en ont contre ce qu'ils qualifient d'ingérence gouvernementale

MONTRÉAL - Les membres de l'Association des restaurateurs du Québec sont réunis à Québec pour leur rencontre annuelle de deux jours.

La journée de lundi était consacrée à l'assemblée générale des membres. Ils se sont notamment entendus pour se pencher sur ce qu'ils qualifient d'«ingérence gouvernementale» dans leurs affaires.

Le dernier exemple en lice est l'introduction d'une taxe spéciale, dans le dernier budget Marceau, sur l'alcool vendu en établissement. Les restaurateurs estiment qu'il s'agit là d'un fardeau additionnel dont ils auraient très bien pu se passer dans une année 2013 qui s'est avérée plutôt difficile, les consommateurs s'étant montrés très prudents en matière de dépenses dans les restaurants.

Par ailleurs, les discussions doivent porter sur l'impact des médias sociaux et des sites de commentaires sur internet, un couteau à deux tranchants s'il en est. La capacité des consommateurs de donner leur point de vue sur un restaurant peut s'avérer un puissant levier pour attirer la clientèle, comme il peut se transformer en cauchemar lorsqu'un restaurateur commet un faux pas.

Le ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation, François Gendron, doit s'adresser aux membres mardi matin.