NOUVELLES
11/11/2013 03:16 EST | Actualisé 11/01/2014 05:12 EST

La signature d'un accord de paix entre le Congo et les rebelles M23 est reportée

ENTEBBE, Ouganda - La signature d'un accord de paix qui devait intervenir entre le gouvernement du Congo et les rebelles M23 a été reportée après que des officiels congolais eurent demandé d'avoir plus de temps pour étudier le document.

C'est ce qu'a fait savoir un porte-parole du gouvernement de l'Ouganda lundi, journée durant laquelle les diplomates occidentaux et les officiels ougandais croyaient qu'un accord interviendrait, après environ un an de négociations.

La délégation représentant le gouvernement congolais n'était pas prête à entériner le document, selon Ofwono Opondo, porte-parole du gouvernement ougandais. M. Opondo a ajouté que la signature surviendra lorsque le gouvernement du Congo «aura pris une décision».

Selon M. Opondo, le gouvernement congolais a demandé du temps additionnel pour réviser le document même s'il en détenait une copie depuis au moins trois jours. Aucun responsable congolais n'a commenté la situation.

Okello Oryem, ministre d'État de Affaires étrangères de l'Ouganda, a déclaré à l'Associated Press que l'accord potentiel a été reporté après que le gouvernement du Congo eut insisté sur le fait qu'il signerait une «déclaration» à l'effet que la rébellion était terminée, mais pas «une entente» avec les rebelles M23, un dilemme qui reflète bien la difficulté à conclure un accord de paix entre les deux parties.

Les pourparlers de paix entre les rebelles M23 et le gouvernement du Congo ont maintes fois été interrompus depuis le début des rencontres, en décembre, quelques fois à cause de détails mineurs selon des responsables ougandais. Personne n'a précisé à quel moment les deux clans reprendraient les discussions.

Au cours des dernières semaines, l'armée congolaise est parvenue à sortir les rebelles M23 de l'est du Congo, et la semaine dernière, les rebelles ont annoncé qu'ils mettaient fin à leur rébellion. L'accord devait permettre de déterminer de quelle façon chacune des deux parties devra maintenir la paix dans l'est du Congo.