NOUVELLES
11/11/2013 02:21 EST | Actualisé 10/01/2014 05:12 EST

La République démocratique du Congo refuse l'accord de paix avec les rebelles

L'entente annoncée entre la République démocratique du Congo et les rebelles du M23 a échoué lundi à Kampala, en Ouganda. Les représentants du gouvernement de la RDC ont refusé de signer l'accord de paix, butant sur la terminologie de l'entente.

La délégation de la RDC a refusé de signer une version du texte où serait mentionné un « accord » avec le M23. Elle souhaitait plutôt que le terme soit remplacé par « déclaration ». « Nous, nous voulons signer une déclaration, mais le facilitateur s'entête pour une raison que nous ne connaissons pas et veut nous imposer un accord [...], a déclaré le porte-parole de la délégation de Kinshasa, Lambert Mende. Il devient le problème. Au lieu d'être une solution. [...] S'il changeait d'avis, même cette nuit, nous pourrions signer. »

La délégation de la RDC a « renoncé à signer un accord avec le M23 », a déclaré le porte-parole du gouvernement ougandais et médiateur au dossier, Ofwono Opondo, précisant que les pourparlers étaient reportés « sine die ». Aucune nouvelle date n'est prévue pour de nouveaux pourparlers entre Kinshasa et les rebelles du M23.

Des délégations du Mouvement du 23 mars (M23), du gouvernement de la RDC, des observateurs européens, américains, de l'ONU et de l'Union africaine étaient réunies à la résidence présidentielle, située à Entebbe près de la capitale ougandaise, où devait se dérouler la signature de l'entente.

Rébellion de Tutsis congolais, le M23 a été mis en déroute par l'armée congolaise et des troupes de l'ONU la semaine dernière. Le M23 a sévi pendant 18 mois dans la province minière du Nord-Kivu. Malgré la reddition du M23, des dizaines d'autres groupes armés continuent de terroriser les populations locales dans l'est de la RDC.

L'entente avortée devait régler le sort des quelque 1700 combattants du M23 réfugiés en Ouganda. Une centaine de rebelles ont également fui vers le Rwanda, également accusé de soutenir la rébellion.