NOUVELLES
10/11/2013 08:37 EST | Actualisé 10/01/2014 05:12 EST

Le régime Assad et les rebelles concluent une trêve dans une ville près de Damas

BEYROUTH - Le gouvernement et les rebelles syriens ont conclu une entente, dimanche, visant à relâcher le blocus qui pèse depuis plusieurs semaines contre une ville contrôlée par l'opposition et située près de Damas, ce qui permettra d'acheminer de la nourriture à la population civile, ont annoncé des militants.

Il s'agit de la plus récente trêve à avoir été décrétée au cours des derniers mois par le régime du président Bachar el-Assad et les rebelles qui s'affrontent dans le pays déchiré par la guerre civile.

Cette nouvelle survient alors que le principal groupe d'opposition de la Syrie entame sa deuxième journée de discussions à Istanbul, en Turquie, afin de décider s'il prendra part ou non à une conférence de paix que les États-Unis et la Russie souhaitent organiser à Genève d'ici la fin de l'année.

La Coalition nationale syrienne, qui bénéficie de l'appui de l'Occident, a exigé qu'Assad démissionne et soit exclu de tout gouvernement de transition qui pourrait être mis en place dans le pays comme condition à sa participation à la conférence.

Les autorités syriennes ont pour leur part déclaré que le président resterait en poste jusqu'à la fin de son mandat en 2014 et pourrait se représenter aux prochaines élections.

Louay Safi, le porte-parole de la Coalition, a indiqué dimanche que les pourparlers se poursuivaient dans la capitale turque.

Le groupe a aussi exhorté le gouvernement syrien à faire preuve de bonne volonté, notamment en levant les sièges dans les régions tenues par l'opposition. Il n'a pas été possible de déterminer si l'accord pour Qoudsaya constituait une réponse à cette demande.

L'organisation militante l'Équipe médiatique de Qoudsaya a confirmé la trêve dans un communiqué, mais n'a pas fourni de détails. Dans une autre déclaration diffusée plus tôt en novembre, elle avait affirmé que les marchés locaux n'avaient plus de denrées et que les résidants les plus pauvres de la région mouraient de faim.

Par ailleurs, les combats faisaient toujours rage, dimanche, à Alep, où les troupes du régime Assad et les forces de l'opposition se disputent le contrôle de l'aéroport international de la ville, a annoncé l'Observatoire syrien des droits de l'homme.

Les rebelles avaient conquis la base militaire abritant les soldats chargés de protéger l'aéroport en février, mais l'armée a en partie repris les installations vendredi et les affrontements n'ont pas cessé depuis.