NOUVELLES
09/11/2013 06:33 EST | Actualisé 09/01/2014 05:12 EST

Terminal de granules de bois : Régis Labeaume émet de sérieuses réserves

L'entreprise Arrimage Québec devra composer avec un nouvel opposant à son projet de construction de terminal de granules de bois à l'anse au Foulon. Il s'agit du maire Labeaume.

Ce dernier a fait savoir samedi après-midi qu'il émettait de sérieuses réserves au sujet de la construction de deux énormes silos le long du boulevard Champlain.

En marge de la cérémonie d'assermentation des élus municipaux, le maire a fait savoir qu'il avait rencontré en matinée le président-directeur général du Port de Québec, Mario Girard.

Régis Labeaume, qui était interpellé depuis quelques jours par les opposants au projet, a réclamé d'importantes modifications de la part du Port de Québec et d'Arrimage Québec. Il dit s'opposer au projet, dans sa forme actuelle, et demande à Arrimage Québec de présenter un projet socialement acceptable. « On leur dit : « Changez votre projet », a lancé le maire Labeaume.

Rappelons que le Port de Québec n'a pas eu à obtenir l'aval du ministère québécois de l'Environnement pour réaliser son projet de terminal, car le secteur est de compétence fédérale. Cela a fait bondir, entre autres, le Conseil régional de l'environnement de la Capitale-Nationale.

Régis Labeaume est d'avis que le Port de Québec et Arrimage Québec devront dorénavant changer leur façon de faire et être plus à l'écoute de la population.

« Il faudra [...], particulièrement Arrimage Québec, qu'ils arrivent dans le 21e siècle. Dorénavant, il faut être plus moderne. Ça ne fonctionne plus comme ça fonctionnait avant. Il faut composer avec la communauté, avec la population, et nous, on se fait le porte-parole des gens qui nous ont élus », a ajouté le maire de Québec, se faisant ainsi l'écho des opposants au projet.

Régis Labeaume va même plus loin et réclame du Port de Québec un plan d'ensemble pour intégrer toutes les activités le long de la Promenade Samuel-de-Champlain. Il dit avoir été compris du Port.

Le maire ajoute que si la Ville de Québec n'a pas l'autorité légale pour intervenir dans le dossier, elle a néanmoins une autorité morale. « Alors, dorénavant, il faut exactement qu'on sache où va le Port dans les prochaines années », a dit Régis Labeaume.

Rappelons que le gouvernement du Québec a fait savoir vendredi qu'il n'a pas l'intention de s'adresser aux tribunaux pour faire cesser les travaux de construction d'un terminal de granules de bois à l'anse au Foulon, comme le réclament plusieurs opposants au projet.

Le ministre québécois de l'Environnement, Yves-François Blanchet, a tout de même tenu à rappeler l'importance du dialogue entre les promoteurs et la population relativement à ce projet.