NOUVELLES
09/11/2013 09:57 EST | Actualisé 09/01/2014 05:12 EST

Le typhon Haiyan pourrait avoir fait jusqu'à 10 000 morts aux Philippines

TACLOBAN, Philippines - Le bilan des victimes du puissant typhon Haiyan qui a frappé le centre des Philippines vendredi pourrait s'élever à 10 000 personnes, selon un chef de police régional et un administrateur municipal.

Disant avoir été informé par Dominic Petilla, gouverneur provincial de Leyte, le chef de police régional Elmer Soria a appris qu'il y avait environ 10 000 victimes sur l'île, surtout par noyade et à la suite d'effondrements d'édifices. Les estimations du gouverneur venaient de rapports de représentants de village où le typhon a frappé vendredi.

De son côté, Tecson Lim, administrateur municipal de Tacloban, a affirmé que le bilan des victimes «pourrait grimper à 10 000 personnes» dans la ville seulement. Avec ses 200 000 résidants, Tacloban est la capitale provinciale de Leyte et la ville la plus importante de l'île de Leyte.

Entre 300 et 400 dépouilles ont été récupérées, a fait savoir M. Lim. Une inhumation collective doit avoir lieu dimanche dans la ville de Palo, près de Tacloban. Le plus récent bilan venant des autorités officielles faisait état de 151 morts.

La tempête a frappé six îles centrales des Philippines, ses vents de 235 km/h, et rafales mesurées à 275 km/h, anéantissant des immeubles et détruisant des résidences. Ces statistiques sont comparables à un ouragan de catégorie 4 aux États-Unis, et presque égales à la catégorie 5, la plus élevée.

Le typhon avait perdu de son intensité dimanche, les vents faiblissant à 163 km/h alors qu'il s'approchait du Vietnam, où les autorités ont forcé l'évacuation de plus de 500 000 résidants.

Après son arrivée à Tacloban, le secrétaire philippin de l'Intérieur, Mar Roxas, a déclaré qu'il était encore trop tôt pour savoir combien de personnes étaient décédées à cause du typhon. Il a dit que l'opération de sauvetage était en cours et qu'il prévoyait un grand nombre de morts et de blessés.

M. Roxas a précisé que tous les systèmes de communication avaient été endommagés et que le gouvernement n'avait donc aucun moyen d'entrer en contact avec la population à grande échelle.

Le président des Philippines, Benigno Aquino II, a soutenu que le bilan final serait beaucoup plus élevé que le décompte officiel de 151 victimes, mais n'a fourni aucune chiffre ou estimation. Il a affirmé que sa priorité était de rétablir le courant et les communications dans les régions éloignées afin que les blessés puissent être soignés.

La Croix-Rouge des Philippines et ses partenaires se préparent à une intervention majeure en raison de l'importance du désastre, a pour sa part annoncé le président de l'organisme, Richard Gordon.

L'aéroport de Tacloban, une cité de 200 000 habitants située à environ 580 kilomètres au sud-est de Manille, ressemblait à un immense dépotoir, samedi, avec ses bâtiments aux toits affaissés et ses nombreuses voitures renversées. Les fenêtres de la tour étaient fracassées et des hélicoptères de l'armée allaient et venaient sur la piste dans le cadre de la mission de secours.

«La dévastation... Je n'ai pas de mots pour l'exprimer, a confié Mar Roxas. C'est vraiment horrible. C'est une grande tragédie.»

Le secrétaire philippin à la Défense, Voltaire Gazmin, a raconté que M. Aquino était resté sans voix lorsqu'il lui avait décrit les ravages causés par Haiyan.

«Je lui ai dit que tous les systèmes étaient en panne, a dit M. Gazmin. Il n'y a pas d'électricité, pas d'eau, rien. Les gens sont si désespérés qu'ils se livrent au pillage.»

Le colonel de la marine américaine Mike Wylie évaluait les dommages à Tacloban, samedi, en prévision de l'aide que les États-Unis pourraient fournir aux Philippines. «La marée de tempête a été très forte ici et il y a beaucoup d'infrastructures endommagées et d'arbres arrachés», a commenté M. Wylie, qui est membre du groupe d'assistance militaire États-Unis-Philippines basé à Manille.

Dans un communiqué, le secrétaire d'État américain, John Kerry, a fait savoir que les États-Unis étaient «prêts à aider».

Le président de la Commission européenne, Jose Manuel Barroso, a déclaré dans un message envoyé à Benigno Aquino III que l'organisation avait dépêché une équipe d'experts pour prêter main-forte aux autorités philippines et qu'elle pouvait leur fournir de l'assistance au besoin.

D'après les météorologues, Haiyan avait des vents soutenus soufflant à une vitesse maximale de 235 kilomètres à l'heure avec des rafales atteignant 275 kilomètres à l'heure lorsqu'il a touché terre vendredi.