NOUVELLES
09/11/2013 12:58 EST | Actualisé 09/01/2014 05:12 EST

De nombreux Québécois ont renoncé à acheter constamment des produits neufs

MONTRÉAL - Le mode de consommation est progressivement en train de se métamorphoser dans la province.

C'est la conclusion qui se dégage d'une récente étude intitulée «Le point sur l'achat et la vente de produits d'occasion au Québec».

Selon le document de l'Observatoire de la consommation responsable (OCR), il existe désormais un engouement indéniable pour les objets de seconde main.

Le rapport souligne que tout près de 74 pour cent des Québécois ont acquis au moins un bien de ce genre pendant la plus récente année (parmi les items les plus prisés, on retrouvait entre autres les voitures, les vélos, les meubles et les instruments de musique).

Un peu moins de 24 pour cent des consommateurs de la province envisageraient même d'opter pour cette piste pour dénicher leurs cadeaux de Noël.

D'après le directeur de l'OCR, Fabien Durif, il ne s'agit pas d'un vulgaire phénomène passager.

Ce professeur à l'École des sciences de la gestion de l'Université du Québec à Montréal affirme que l'achat et la vente de produits d'occasion est «en croissance depuis les années 1980».

Il est persuadé que ces comportements vont s'ancrer dans les moeurs en raison de «la conjoncture économique et de la popularité de certaines plates-formes» sur Internet comme Kijiji et eBay.

M. Durif précise que ceux qui adoptent ces habitudes ne le font pas seulement par souci d'économie.

Par exemple, ils empruntent souvent cette avenue parce qu'ils se désolent de constater qu'on jette des objets qui peuvent encore servir, ce qui va à l'encontre de leurs convictions environnementales.

Selon l'étude de l'OCR, plusieurs Québécois cherchent aussi à prendre leur distance avec la société de consommation ou encore à dénicher des «trésors».

Le rapport a été réalisé à partir des réponses de 1104 internautes qui ont été récoltées entre le 21 septembre et le 1er octobre 2013.

Comme l'échantillon n'est pas probabiliste, la marge d'erreur n'a pu être calculée.