NOUVELLES
08/11/2013 10:35 EST | Actualisé 08/01/2014 05:12 EST

Vale et Glencore-Xstrata se rapprochent

Les minières Vale et Glencore-Xstrata entameront des pourparlers dès l'an prochain, afin d'exploiter conjointement le nickel du Grand Sudbury. L'objectif est de réduire les coûts de production, alors que le prix du nickel demeure assez bas.

Vale a confirmé ses intentions à l'agence de presse Reuters, alors qu'elle refusait de commenter sur les rumeurs de pourparlers en ce sens le mois dernier.

La gestion conjointe des opérations viserait l'ensemble des activités minières, à l'exception des fonderies. Vale précise cependant qu'il n'est pas question d'une fusion des deux multinationales, mais plutôt d'une synergie.

Pour la professeur en stratégie de l'Université Laurentienne à Sudbury, Jean-Charles Cachon, les deux multinationales sont trop grandes pour se fusionner, mais des ententes demeurent possibles.

« Elles cherchent d'autres manières, à la fois de réduire les coûts, parce que la rentabilité des entreprises est à la baisse, mais aussi, d'augmenter la production. Les mines ont encore du potentiel à Sudbury, mais il faut investir pour pouvoir, soit agrandir les mines existantes ou ouvrir de nouvelles mines et découvrir de nouveaux gisements dans la région », explique-t-il.

Vale compte six mines de nickel, un centrateur et une fonderie à Sudbury.

Cette minière, basée au Brésil, a fait l'acquisition des mines de nickel de l'ancienne entreprise canadienne Inco, en 2006. La même année, Xstrata achetait aussi l'entreprise minière canadienne Falconbridge.

Dans le passé, des pourparlers similaires ont eu lieu entre Inco et Falconbridge, mais ceux-ci n'ont jamais abouti.

L'an dernier, le géant minier suisse Xstrata et le spécialiste helvétique du courtage de ressources Glencore ont annoncé leur fusion.