NOUVELLES
08/11/2013 09:46 EST | Actualisé 08/01/2014 05:12 EST

Terminal de granules de bois : « C'est un bon projet », soutient Mario Girard

Le président-directeur général du Port de Québec défend le projet de terminal de granules de bois d'Arrimage Québec, qui prévoit la construction de deux énormes silos à l'anse au Foulon, le long du boulevard Champlain.

Mario Girard s'explique mal les réactions négatives des élus et de divers groupes qui craignent notamment les impacts visuels du projet.

Le directeur du Port de Québec rappelle que les autorisations et les consultations pour mener les travaux ont toutes été réalisées dans le respect de la réglementation fédérale.

« Ce qu'on a fait dans le projet du granule de bois, c'est une analyse des impacts environnementaux comme ça n'a jamais été fait dans toute l'histoire du port de Québec. Ça fait depuis le mois de mai qu'on travaille sur l'analyse d'impact. Il y a du travail très sérieux qui a été fait derrière ce projet -là », soutient Mario Girard.

Les travaux d'Arrimage Québec pour la construction de deux silos de 46 mètres de hauteur par 48 mètres de largeur sont déjà commencés sur des terrains appartenant au port de Québec.

Mario Girard répète que les aménagements vont bien s'intégrer dans le projet de promenade Samuel-de-Champlain. Le site choisi pour la réalisation du terminal limite à la fois les risques d'émissions de poussière et les impacts visuels sur le paysage.

À cet effet, l'administration portuaire affirme poursuivre les efforts pour rendre le projet le plus acceptable possible pour la population. « On pense actuellement à lancer un concours pour que ce soit plus agréable ces silos-là. Il y a plein de gens qui sont venus nous voir avec des idées extraordinaires pour que les silos soient habillés dans le paysage et que ce soit agréable à l'oeil », précise M. Girard.

Des impacts inévitables

Le grand patron du port de Québec ajoute également que les activités portuaires génèrent inévitablement certains impacts. « Il n'y en a pas d'autres solutions. Les ports c'est du vrac solide, du vrac liquide, du grain ou des conteneurs, et oui il y a des impacts », résume-t-il.

Mario Girard ajoute toutefois que les retombées économiques doivent être mises dans la balance. « Je pense qu'on doit être content de voir des projets comme ça arriver à Québec, des projets responsables. On a un beau projet là et moi je pense qu'on doit l'encourager », conclut M. Girard.

L'administration portuaire n'a pas eu à obtenir l'aval du ministère de l'Environnement pour réaliser le terminal de granules de bois puisque le port est de juridiction fédérale.

Jeudi, le Conseil régional de l'environnement (CRE) a demandé au gouvernement Marois d'intervenir en demandant une injonction pour faire cesser les travaux. Le ministre de l'Environnement, Yves-François Blanchet, pourrait confirmer vendredi s'il interviendra dans le dossier.