NOUVELLES
08/11/2013 05:02 EST | Actualisé 08/01/2014 05:12 EST

Syrie: un porte-avions américain quitte la région et rentre aux États-Unis

WASHINGTON - Les États-Unis rapatrient un porte-avions au pays, a annoncé vendredi le département américain de la Défense, qui a déployé des navires de guerre dans l'est de la Méditerranée pendant deux mois alors que l'administration Obama envisageait une frappe militaire contre la Syrie.

La décision de rapatrier le USS Nimitz souligne le changement d'approche, qui est passée de la menace militaire contre le gouvernement syrien à une vision diplomatique plus large. L'événement survient au moment où des experts internationaux sont à l'oeuvre pour tenter d'atteindre la cible de la mi-2014 pour éliminer l'ensemble du programme d'armes chimiques syrien.

Selon des responsables, le USS Nimitz devrait revenir à son port d'attache, sur la côte ouest des États-Unis, avant Noël. L'USS Graveley, un destroyer de la marine américaine, a également quitté la Méditerranée et fait route vers son port d'attache.

Les États-Unis ont grandement augmenté leur présence militaire dans la région après l'attaque à l'arme chimique, le 21 août, contre des banlieues de Damas tenues par les rebelles. Le gouvernement américain et ses alliés accusent le régime syrien d'être responsable de l'attaque.

Le Pentagone a déployé des croiseurs et des destroyers dans l'est de la Méditerranée, dans l'attente d'éventuels tirs de missiles contre la Syrie. Mais après avoir menacé d'employer la force militaire, le président Barack Obama a abruptement annoncé, le 31 août, qu'il demanderait au Congrès d'approuver cette frappe.

À la suite d'une vive opposition au Congrès, les États-Unis et leurs alliés ont multiplié les efforts diplomatiques, réussissant finalement à faire envoyer des experts de l'ONU en Syrie pour inspecter et détruire les sites de production, de préparation et d'entreposage d'armes chimiques.

La Syrie possèderait environ 1000 tonnes d'armes chimiques, dont du gaz moutarde et du sarin.

Le porte-avions USS Harry Truman demeure dans les eaux de la région, et trois navires de guerre américains — les destroyers USS Stout et USS Ramage, ainsi que le croiseur USS Monterey — se trouvent toujours dans l'est de la Méditerranée.

Des responsables de la Défense ont mentionné vendredi que les États-Unis disposaient toujours d'une force de frappe suffisante dans la région.