NOUVELLES
08/11/2013 12:43 EST | Actualisé 08/01/2014 05:12 EST

Le parc du Mont-Saint-Bruno officiellement agrandi

La superficie du parc augmentera de plus de 50 %, passant de 578 à 884 hectares, a annoncé le ministre du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs, Yves-François Blanchet.

« Dans une région où les pressions sur les milieux naturels vont croissant, notamment en raison de la densification de la population, cet agrandissement représente une contribution majeure pour assurer l'équilibre entre le développement et la protection de l'environnement », a déclaré le ministre Blanchet.

Pour agrandir le parc, le gouvernement a acquis des terres privées et des propriétés qui appartenaient à la Ville de Saint-Bruno-de-Montarville, au ministère de la Défense nationale du Canada et au ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec, au coût de 1 220 000 $.

Plusieurs propriétés acquises par le ministère étaient enclavées dans le parc sans en faire partie.

Les cinq lacs sont maintenant inclus dans le périmètre du parc.

Deux nouveaux secteurs seront également protégés, une érablière à caryer et une chênaie rouge à érablière à sucre.

« L'agrandissement du parc national du Mont-Saint-Bruno répond au désir exprimé par de nombreux citoyens de la région depuis plusieurs années », a souligné le ministre Blanchet dans un communiqué.

Un agrandissement déjà prévu

Le projet d'agrandissement du parc avait été annoncé en juillet 2012 par le ministre libéral du développement durable de l'époque, Pierre Arcand.

L'annonce d'aujourd'hui est un copié-collé de l'annonce faite il y a plus d'un an.

Tout comme l'annonce d'il y a un an d'ailleurs, le boisé des Hirondelles, adjacent au parc national, ne fait pas partie de l'agrandissement du parc.

En novembre 2011, la Ville a accepté le projet immobilier du promoteur et sénateur Paul Massicotte, qui compte construire une trentaine de résidences de luxe dans ce boisé, tout en conservant 60 % du site.

Des résidents s'opposent fortement au projet, qui est devenu un des thèmes dominants de la dernière campagne électorale municipale.

Le parc national du Mont-Saint-Bruno est le plus petit parc national du Québec, mais aussi le plus fréquenté.