NOUVELLES
08/11/2013 05:24 EST | Actualisé 08/01/2014 05:12 EST

La résurgence des Broncos a commencé contre les Chargers il y a 13 mois

ENGLEWOOD, États-Unis - Il y a un an à peine, les Broncos de Denver n'étaient pas les prétendants au Suoper Bowl qu'ils sont aujourd'hui, mais plutôt une équipe bien ordinaire.

Ils venaient de connaître une saison au cours de laquelle ils avaient remporté le titre de la section ouest de l'Association américaine en dépit d'une piètre fiche de 8-8, avant de remplacer Tim Tebow par Peyton Manning, dont les performances étaient marquées par des passes imprécises, des interceptions et beaucoup d'incertitude.

Ils étaient sur le point de se retrouver à 2-4 lorsqu'ils ont retraité au vestiaire à la mi-temps en tirant de l'arrière 24-0 contre les Chargers à San Diego.

Avec tout son charisme et son attitude décontractée qui manquent déjà aux Broncos alors qu'il récupère d'une intervention chirurgicale au coeur cette semaine, l'entraîneur-chef John Fox a offert un petit monologue — qui ne manquait pas d'inspiration — à ses joueurs pendant la mi-temps.

«Nous savions que nous pouvions faire mieux», a dit le receveur de passes Demaryius Thomas. «Nous avons écouté le discours de 'Foxy' à la mi-temps et depuis ce temps c'est genre... wow!»

Ils ont entamé leur résurgence en bouclant une remontée victorieuse de 35-24 contre les Chargers, qui affronteront de nouveau les Broncos dimanche. Ils ont remporté 18 de leurs 20 matchs et ont dominé leurs adversaires par un pointage moyen de 36-20.

«Je crois que la fiche parle d'elle-même, a déclaré l'entraîneur-chef par intérim Jack Del Rio. Ce fut tout un revirement de situation. Ç'a été le point tournant de l'année. Nous avons trouvé notre identité à ce moment-là et avons bien joué depuis ce temps.»

Fox n'a pas vraiment imité Knute Rockne ce soir-là, se sont rappelés les joueurs cette semaine. Ses mots furent simples et directs, donnant le ton à une reconfiguration classique qui a transformé les Broncos en puissance de la NFL.

«Nous sommes meilleurs que ça.»

«Nous avons encore beacoup de temps devant nous.»

«Présentez-vous sur le terrain et faites comme si c'était 0-0.»

«Amusez-vous, et jouez.»

À l'exception de deux défaites crève-coeur, l'une par trois points en deuxième prolongation contre les Ravens de Baltimore en éliminatoires et l'autre par six contre les Colts à l'occasion du retour de Manning à Indianapolis le mois dernier, les Broncos se sont révélés être un véritable rouleau compresseur depuis leur séquence de 35-0 en deuxième demie contre les Chargers.

Cette saison, ils marquent en moyenne six touchés par match.

«C'est beaucoup de points», a admis Thomas, qui a donné le ton à la résurgence avec une passe captée de 29 verges pour le touché — l'une des trois passes de touché de Manning en deuxième demie, jumelées aux deux touchés défensifs.

Depuis l'arrivée de Wes Welker, les Broncos ont marqué 343 points en première moitié de saison pour une moyenne de 42,9 points par match, ce qui surpasse pour l'instant la marque de la NFL de 36,8 établie par les Patriots de la Nouvelle-Angleterre en 2007.

«C'est très amusant, a admis Thomas. Très amusant.»