NOUVELLES
08/11/2013 10:57 EST | Actualisé 08/01/2014 05:12 EST

Kosovo: 15 rebelles albanais sont accusés de crimes de guerre

Un procureur de l'Union européenne a déposé vendredi des accusations de crimes de guerre contre 15 anciens rebelles albanais qui auraient torturé, maltraité et assassiné des civils détenus dans le centre du Kosovo pendant la guerre de 1998-1999 contre les Serbes.

Plusieurs des accusés sont membres du Parti démocratique du Kosovo qui gouverne le pays et dont le leader, le premier ministre Hashim Thaci, dirigeait l'Armée de libération du Kosovo lors de son combat face à l'armée serbe.

Le maire de la ville de Srbica, Sami Lushtaku; l'ambassadeur du Kosovo en Albanie, Sylejman Selimi; et un garde du corps de M. Thaci comptent au nombre des accusés.

Lushtaku est soupçonné d'avoir abattu un autre Albanais d'une balle dans la tête, selon une copie de l'acte d'accusation déposé par le procureur européen Maurizio Salustro et obtenu par l'Associated Press. Un témoin a notamment raconté que Lushatku a exécuté l'homme qui avait tué son cousin.

L'avocat de Lushtaku a réfuté ces accusations et promis que son client se défendra vigoureusement.

Selimi est un ancien important commandant militaire des rebelles. Il fait l'objet de quatre accusations de crimes de guerre pour des mauvais traitements et des tortures qui auraient été infligés à des prisonniers. Son avocat a refusé de commenter.

Deux autres hommes sont soupçonnés d'avoir enlevé et torturé un policier serbe en juin 1998. L'homme aurait été détenu et maltraité pendant plus d'un an avant d'être finalement décapité avec un scie à chaîne.