NOUVELLES
07/11/2013 11:56 EST | Actualisé 07/01/2014 05:12 EST

Planète Wiggins

Andrew Wiggins impose sa force d'attraction. À 18 ans, le phénomène canadien entame sa carrière universitaire vendredi avec les Jayhawks de l'Université du Kansas.

Un texte de Marie Malchelosse Twitter Courriel

Andrew Wiggins débarque à l'aéroport international de Kansas City le 15 juin 2013, en provenance de Toronto. Une poignée de disciples l'attendent dans l'espoir d'obtenir son autographe.

Parmi eux, un étudiant en journalisme porte le maillot numéro 22 des Jayhawks, celui de Wiggins. Le maillot est déjà en vente un peu partout en ville.

Depuis son arrivée à Kansas U, le campus gravite autour de Wiggins. On le pourchasse pour avoir la primeur d'un nouveau tweet à son sujet. En classe, l'arrière de sa tête est photographié et relayé à satiété.

Ces anecdotes sont rapportées dans le magazine spécialisé Sports Illustrated, dont la une était dédiée à Wiggins à la mi-octobre.

Dans l'article, un montage photo montre Wilt Chamberlain en position assise, laçant ses vieux Converse en tissu. Tout à côté, Wiggins, dans une réplique exacte de la photo de Chamberlain, à l'exception des chaussures!

Wilt Chamberlain demeure l'un des meilleurs joueurs de basketball de l'histoire et a joué pour l'Université du Kansas à la fin des années 1950. L'analogie est éloquente et s'impose.

Le prodige

On dit de Wiggins qu'il est un cadeau des dieux du basketball. Il est considéré comme le tout premier choix au prochain repêchage de la NBA. Oui, celui de 2014.

Si sa saison universitaire est à la hauteur de son talent, il fera le saut chez les pros après cette seule saison. Les comparaisons avec les plus grandes vedettes de la NBA sont nombreuses : Tracy McGrady, Dominique Wilkins et la plus persistante... LeBron James.

Le nouvel entraîneur de Wiggins, Bill Self, n'aime aucune de ces comparaisons, toutes boiteuses selon lui.

« Je crois qu'il sera tout simplement lui-même », réplique-t-il plutôt.

Andrew Wiggins est devenu un phénomène, en grande partie, pour ses capacités athlétiques hors du commun.

« On dirait que sous ses pieds, le terrain de basket devient un trampoline. D'un point de vue athlétique, il n'a aucune rivalité en ce moment », affirme Pascal Jobin, entraîneur et analyste.

Wiggins a toutefois des lacunes, comme son drible et sa justesse de tir à la ligne de lancers francs. Et encore plus frappant, son poids.

« Si on le compare à LeBron justement, au même âge, il pesait 50 livres de plus qu'Andrew. Il était déjà prêt à jouer en NBA », explique Jobin.

Le cas Lopez

Avoir autant de projecteurs et d'attentes dirigés vers soi à 18 ans peut devenir déroutant. Il y a aussi les prédateurs qui flairent la bonne affaire. Les commanditaires qui rôdent en attendant le statut professionnel pour faire leurs offres faramineuses. Dans le cas de Wiggins, on parle de 120 à 150 millions de dollars pour une période de 10 ans.

Certains peuvent craquer. Et puis, il y a les Felipe Lopez.

« Felipe Lopez, au secondaire, faisait la pluie et le beau temps. Si YouTube avait existé à l'époque, il serait devenu une sensation mondiale. Il avait aussi fait la une de Sports Illustrated. Il était le prochain Michael Jordan, raconte Pascal Jobin.

« Il est entré à l'Université de St. John et il est devenu ordinaire. Il a cru ce que tout le monde disait de lui et il a eu de la difficulté à s'ajuster. Il a finalement joué en NBA, mais n'a jamais été le joueur qu'on attendait », conclut Jobin.

Papa Wiggins

Andrew Wiggins a toutefois un atout dans son jeu. Papa Wiggins, Mitchell, est un ancien de la NBA. Il a joué, entre autres, avec les Rockets de Houston dans les années 1980.

Wiggins a été suspendu pendant deux ans et demi pour consommation de cocaïne en 1986, après que les Rockets eurent perdu la finale de championnat contre les Celtics de Boston.

Il est donc en mesure de mettre son fils en garde contre les multiples pièges d'une carrière de vedette de basket aux États-Unis.

Andrew Wiggins disputera son premier match universitaire le 8 novembre. Les Jayhawks de l'Université du Kansas affronteront l'Université de Louisiane-Monroe.

Les qualités athlétiques de Wiggins seront scrutées à la loupe. Ses statistiques le seront tout autant.

L'engouement que suscite le parcours universitaire de Wiggins est si important que le réseau canadien TSN s'est procuré les droits de tous les matchs des Jayhawks.

À lui, maintenant, de s'exécuter.