NOUVELLES
07/11/2013 05:19 EST | Actualisé 07/01/2014 05:12 EST

Le maire de Terrebonne a séjourné sur le bateau d'Accurso

Jean-Marc Robitaille, qui vient d'être réélu à la mairie de Terrebonne, a admis jeudi après-midi avoir séjourné sur le bateau de Tony Accurso. Cette révélation survient après le dévoilement d'écoutes électroniques devant la commission Charbonneau.

Dans la conversation rendue publique, l'entrepreneur Joe Borsellino, qui discute avec l'ex-directeur général de la FTQ-Construction Jocelyn Dupuis, relate les difficultés qu'il rencontre avec l'entrepreneur Normand Trudel. Puis, il se met à parler du célèbre bateau « Touch » de Tony Accurso :

« J'ai su qu'il était sur le bateau [Trudel]. Ça, je le sais, il me l'a dit qu'il y était allé », raconte Joe Borsellino.

Dans un communiqué, jeudi, Jean-Marc Robitaille a fait savoir que certaines de ces affirmations étaient exactes. « Je vous confirme que je suis allé sur le bateau de Tony Accurso », dit-il, « mais jamais en compagnie de l'ancien maire de Mascouche Richard Marcotte et encore moins dans le cadre de vacances planifiées et payées par Tony Accurso. »

« Lors de vacances personnelles planifiées et amorcées avec ma conjointe à St-Thomas il y a de cela plusieurs années, nous y avons rencontré dans un lieu public Normand Trudel et Tony Accurso, accompagnés de leurs conjointes, qui nous ont alors invités à passer un moment avec eux sur le bateau de ce dernier », raconte Jean-Marc Robitaille. Selon lui, à cette époque, les entreprises de M. Accurso n'avaient pas de liens d'affaires particuliers avec la Ville de Terrebonne.

Jean-Marc Robitaille, qui vient tout juste d'être réélu pour un cinquième mandat avec la presque totalité de son équipe à la tête de la ville, n'a jamais caché ses liens d'amitié avec Normand Trudel. Ce dernierl et Tony Accurso étaient partenaires d'affaires au sein de l'entreprise Ecolosol.

L'ex-maire de Mascouche, Richard Marcotte, a été arrêté et accusé en même temps que Normand Trudel et Tony Accurso lors de l'opération Gravier en avril 2012.

« En terminant, jamais, et j'insiste sur le mot jamais, Tony Accurso et Normand Trudel n'ont reçu un quelconque avantage à la suite de cette rencontre », conclut le maire Robitaille dans son communiqué.