NOUVELLES
07/11/2013 04:52 EST | Actualisé 07/01/2014 05:12 EST

La défensive des Steelers cherche des réponses; où est le 'Steel Curtain'?

PITTSBURGH, États-Unis - Troy Polamalu croit savoir ce qui cloche avec la défensive des Steelers de Pittsburgh. Et ça n'a rien à voir avec le coordonnateur et membre du Temple de la renommée Dick LeBeau.

Polamalu a dit que les joueurs sont placés dans de bonnes positions pour réaliser des jeux, mais qu'ils ne les exécutent tout simplement pas. Les Steelers entameront leur rencontre de dimanche contre les Bills de Buffalo avec un dossier de 2-6, après avoir concédé 55 points et 610 verges dans un revers cinglant la semaine dernière contre les Patriots de la Nouvelle-Angleterre.

Soudainement, un début de saison en dents de scie au cours duquel les Steelers ont éprouvé de la difficulté à reproduire ce qui est devenu leur marque de commerce sous les ordres de LeBeau — c'est-à-dire arrêter le jeu au sol et limiter les gros jeux — a commencé à être beaucoup plus préoccupant.

Le message de Clark? Arrêtez. C'était un match. Un mauvais match, c'est certain. Et même si les Steelers ont beaucoup de problèmes à régler tandis qu'il tentent de juguler l'hémorragie qui a commencé il y a presque un an, les capacités de LeBeau ne figurent pas parmi ceux-ci.

«Il est membre du Temple de la renommée, pas seulement comme entraîneur de football, mais encore plus comme individu, a dit Clark. Ce que les gens disent de lui dans les médias, à l'extérieur de notre vestiaire, n'a pas d'importance. Nous allons continuer de pousser dans la bonne direction pour lui. Nous continuerons de le respecter et de faire de notre mieux pour continuer de jouer pour lui.»

Le demi de sûreté Ryan Clark a répété que les Steelers n'avaient pas à défendre LeBeau, car sa réputation le précède. La défensive de l'entraîneur Mike Tomlin fut la meilleure de la NFL cinq fois au cours de la dernière décennie. Les Steelers occupent le 12e rang à l'approche du match de dimanche contre les Bills (3-6), une position qui est enviée par plusieurs autres équipes de la ligue, assure Clark.

LeBeau apprécie la remarque, mais n'est pas aussi diplomate.

Les Steelers ont parfois été lents, certaines fois plus que d'autres, contre les Patriots. C'est le travail de LeBeau de s'assurer que ça ne se reproduise pas.

«Nous devons nous assurer de retourner à la base, a martelé LeBeau. Nous nous sommes un peu écartés du plan de match, et c'est de ma faute.»

LeBeau et le reste du personnel d'entraîneurs sont retournés à la «page 1» cette semaine dans l'espoir de retrouver l'étincelle qui a fait si cruellement défaut depuis le début de la saison. Les Steelers viennent au 29e échelon de la NFL aux chapitres des sacs (13) et des revirements (six). L'absence de jeux déterminants a forcé l'attaque des Steelers à traverser le terrain pour inscrire des points. Une passe déviée qui se transformée en interception par-ci, un gros jeu en défensive par-là et les Steelers pourraient rebondir après un mauvais début de campagne.

Le problème, c'est que les joueurs qui doivent causer le chaos dans le champ-arrière des équipes adverses n'ont effrayé personne.

Néanmoins, la décision de LeBeau de retourner à la base ne signifie pas qu'il prévoit empêcher Polamalu d'exprimer sa créativité afin de faire la différence dans un match. C'est parfait pour Clark, qui doit parfois réparer les pots cassés si les choses tournent mal.

«Troy peut faire ce qu'il veut parce qu'il est spécial, a commenté Clark. Tu dois permettre à tes joueurs spéciaux de bénéficier de toute leur liberté, sinon vous gaspillez leur talent. Forcer Troy à suivre chaque pointillé dans un calepin, ce serait ridicule. Ça gaspillerait tout son talent.»

Clark pourrait aussi bien parler de LeBeau, qui a passé les 54 dernières années sur les lignes de côté d'un terrain de la NFL. Ce n'était pas la première fois la semaine dernière qu'une équipe de LeBeau se faisait pulvériser. Ce pourrait ne pas être la dernière fois non plus. Quand ça se produit, tu tournes la page et tu continues de travailler.

«Nous jouons mal et avons tous connu une mauvaise performance, a reconnu LeBeau. Je prends de toute évidence le blâme pour ce résultat. Je ne vais pas enfouir ma tête dans le sable. Nous ne retournerons pas à la maison la queue entre les jambes. C'est une ligue de compétiteurs. Alors nous retournerons sur le terrain et allons compétitionner.»