NOUVELLES
06/11/2013 10:18 EST | Actualisé 06/01/2014 05:12 EST

Or congolais: la Suisse lance une enquête sur un affineur de métaux

GENÈVE - Les procureurs suisses ont confirmé mercredi l'ouverture d'une enquête criminelle contre un des plus importants affineurs mondiaux de métaux précieux, qui est soupçonné d'avoir blanchi de l'or obtenu lors de crimes de guerre.

Plus tôt cette semaine, le groupe TRIAL, dont le siège se trouve à Genève, avait déposé une plainte criminelle contre l'affineur suisse Argor-Heraeus, l'accusant d'avoir affiné entre 2004 et 2005 trois tonnes d'or obtenues illégalement par un groupe armé en République démocratique du Congo.

Argor-Heraeus, une entreprise privée, nie toute malversation.

TRIAL affirme par voie de communiqué que l'affineur savait ou aurait dû supposer que l'or avait été obtenu par pillage, un crime de guerre, et que la compagnie est venue en aide à un groupe armé illégal impliqué dans un conflit brutal, ce qui constitue un crime de «blanchiment agravé» en vertu de la loi suisse.

Le Bureau du procureur fédéral, à Berne, confirme qu'il s'est penché sur la plainte et qu'il a décidé d'ouvrir une enquête formelle contre la compagnie pour blanchiment d'argent présumé en lien avec un crime de guerre et pour complicité avec des crimes de guerre.

La plainte de TRIAL s'appuie sur une enquête entreprise au Congo il y a plus de dix ans par une ancienne employée des Nations unies.

Le Congo a été le théâtre, à compter de 1996, de deux guerres civiles successives qui ont vu les armées nationales de huit pays envahir son territoire pour se disputer ses réserves de diamants, d'or, de cuivre, de cobalt et de tungstène.

Argor-Heraeus a publié un communiqué dans lequel elle se dit «grandement surprise» par cette plainte. La compagnie affirme avoir déjà été blanchie de ces mêmes accusations par les autorités suisses. Elle ajoute qu'elle a depuis cessé d'accepter toute livraison d'or en provenance de l'Ouganda, un pays par lequel transitait parfois l'or des rebelles congolais.