NOUVELLES
06/11/2013 09:24 EST | Actualisé 06/01/2014 05:12 EST

Les Canadiennes fourbissent leurs armes olympiques

(LAKE PLACID) Natalie Spooner a profité d'un double avantage numérique en fin de troisième période pour marquer le but de la victoire dans un gain de 4-2 du Canada contre les États-Unis, mercredi soir, à la Coupe des 4 Nations à Lake Placid.

Un texte de Jean St-Onge

Les Américaines avaient écopé de deux punitions consécutives pour avoir retardé le jeu en envoyant la rondelle directement dans les estrades.

Brianne Jenner a concrétisé la victoire canadienne en marquant dans un filet désert.

C'est une troisième victoire d'affilée du Canada contre les États-Unis depuis la défaite au Championnat mondial à Ottawa le printemps dernier. Les deux équipes devraient se retrouver en finale samedi soir.

À son premier départ contre les Américaines, Geneviève Lacasse a été excellente, repoussant 21 des 23 rondelles dirigées vers elle.

Après avoir battu les États-Unis chez les moins de 18 ans et les moins de 22 ans, elle a maintenant une première victoire avec la grande équipe contre les rivales de toujours.

La gardienne de Kingston a avoué qu'elle était un peu nerveuse avant la rencontre.

« C'est une bonne chose quand je suis nerveuse. J'aime l'énergie nerveuse. Je suis vraiment intense. Je ne parle pas entre les périodes. Je joue mieux quand je suis dans ma bulle. »

Comme à chaque affrontement avec les Américaines cette année, le Canada a pris les devants. Cette fois, c'est Haley Irwin qui a redirigé la passe de Brianne Jenner dans le filet dès la 6e minute de jeu.

Les Canadiennes ont écopé des deux seules pénalités de la première période à 76 secondes d'intervalle et les Américaines en ont profité pour créer l'égalité. La première punition venait à peine de se terminer quand Kelli Stack a poussé la rondelle derrière Lacasse lors d'une mêlée devant le filet.

Le Canada a repris l'avance lors d'un avantage numérique en deuxième période grâce au premier but de Mélodie Daoust avec Équipe-Canada sur la scène internationale. La vedette des Martlets de McGill y est allée d'un tir du poignet parfait, juste à l'intérieur du poteau.

On lui a remis la rondelle de ce premier but.

 »Gosta (Meaghan Agosta-Marciano) m'a donné la rondelle devant le but, c'est une bonne chose de marquer et je pense que vais garder la rondelle longtemps. »

Même si Daoust n'a pas encore son billet pour Sotchi, le travail et les progrès réalisés depuis le mois d'août ne passent pas inaperçus aux yeux de l'entraîneur-chef, Dan Church, qui l'a utilisée en avantage numérique.

Meghan Acosta-Marciano a été l'une des joueuses les plus énergiques du Canada. Elle a récolté une passe sur le but de Daoust, mais elle a touché le poteau en début de 2e, en plus de se faire voler un but par la gardienne américaine, Jessie Vetter, lors d'une échappée.

Agosta a eu besoin de trois points de suture au deuxième entracte, après s'être fait couper à la jambe par un patin sur le dernier jeu de la deuxième période.

Huit joueuses qui ont gagné l'or à Vancouver étaient en uniforme pour le Canada, tandis que les Américaines ont habillé 10 médaillées d'argent.

Les États-Unis tentent de remporter le tournoi pour la 6e fois de leur histoire, mais pour une troisième année d'affilée depuis les Jeux de Vancouver.

Le Canada revendique les 12 autres titres.