NOUVELLES
06/11/2013 12:20 EST | Actualisé 06/01/2014 05:12 EST

Aucune opposition dans près du tiers des Villes

Au lendemain des élections municipales, de nombreuses villes du Québec sont contrôlées par un seul et unique parti politique. Selon une compilation effectuée par Radio-Canada, près du tiers des conseils municipaux de la grande région de Montréal n'ont aucun élu de l'opposition. 

Thomas Gerbet

Les principales Villes de la province où un seul parti contrôle tous les sièges du conseil municipal sont Blainville, Mascouche et Boucherville. C'est la banlieue nord de Montréal où l'on retrouve le plus de conseils municipaux sans opposition. C'est le cas de 18 municipalités des Laurentides et de Lanaudière sur 42 (villes de plus de 5000 habitants). En 2009, elles étaient 16.

Le maire de Boucherville, Jean Martel, peut relaxer dans son bureau. Il n'a aucun opposant à l'horizon. Toute son équipe a été élue le 3 novembre (neuf victoires sur neuf). Cependant, il est conscient des risques d'avoir un conseil trop confiant. 

Le maire de Boucherville tente actuellement de trouver un poste à chacun des élus de son parti au sein d'un comité, pour ne pas faire de jaloux. Il est bien placé pour savoir que même les membres de sa propre équipe peuvent devenir de futurs opposants. Celle qu'il affrontait cette année, Francine Crevier-Belair, avait été élue avec lui en 2009.

Une première opposition pour la mairesse de La Prairie

Pour la première fois en près d'une décennie, l'équipe au pouvoir à La Prairie aura une opposante. Une seule et unique sur neuf sièges. Mais quand même assez pour déranger la mairesse Lucie Roussel qui a fait cette déclaration dans son discours de victoire  :

La nouvelle conseillère indépendante de 29 ans, Marie-Ève Plante-Hébert, espère amener plus de débats et de réflexions au sein du conseil municipal.

Elle espère que la population, qui désertait le conseil municipal, va y revenir.

Arrondissements de Montréal

Le nombre de conseils d'arrondissement contrôlés par un seul parti est en baisse à Montréal. Il y en a tout de même 7 sur 19. Après les élections de 2009, dix arrondissements étaient exempts de conseiller d'opposition. Avec une population de 134 000 résidents, Rosemont-La Petite-Patrie est le plus important arrondissement sans élu d'opposition.