NOUVELLES
05/11/2013 09:46 EST | Actualisé 05/01/2014 05:12 EST

Pas de rencontre sur l'énergie entre Redford et Clark

Les premières ministres de l'Alberta et de la Colombie-Britannique ne se rencontreront finalement pas mardi pour discuter des ressources énergétiques.

Alison Redford devait rencontrer son homologue Christy Clark à Vancouver pour discuter publiquement des progrès réalisés dans leur plan conjoint d'exportation d'énergie. Toutefois, dans un communiqué diffusé tard lundi, Mme Redford a soutenu que la rencontre était repoussée et qu'il restait du travail à faire.

Selon Mme Redford, son gouvernement s'attendait à ce que le projet d'oléoduc albertain Northern Gateway aille de l'avant si l'Alberta respectait les cinq conditions établies par le gouvernement Clark. Le projet Northern Gateway ferait passer le pétrole des sables bitumineux de l'Alberta jusqu'à la côte de la Colombie-Britannique, à destination des marchés asiatiques.

Toutefois, Mme Redford dit que la Colombie-Britannique veut maintenant « négocier des avantages additionnels ». La chef de gouvernement n'a pas précisé quels étaient ces avantages, mais mentionne l'imposition de frais supplémentaires à l'industrie. Elle dit ignorer pourquoi la Colombie-Britannique estime que l'Alberta est l'interlocuteur avec lequel il faut négocier.

L'annonce par les deux premières ministres de leur plan conjoint d'exportation d'énergie le mois dernier, ainsi que la rencontre qui devait avoir lieu mardi, étaient des signes d'un rapprochement entre les deux chefs de gouvernement, après une tension qui dure depuis un an. Mmes Redford et Clark avaient eu un différend en octobre dernier concernant le projet de pipeline Northern Gateway. En mai 2012, la Colombie-Britannique s'était opposée aux visées de la pétrolière albertaine Enbridge et avait posé cinq conditions pour qu'elle accepte le projet.