NOUVELLES
05/11/2013 01:03 EST | Actualisé 05/01/2014 05:12 EST

Gaz de schiste: les manifestants sont devant la législature du Nouveau-Brunswick

FREDERICTON - Des manifestants contre le développement des gaz de schiste au Nouveau-Brunswick se sont rassemblés devant l'Assemblée législative, mardi, juste avant que le gouvernement présente son discours du Trône, à l'ouverture de la session d'automne.

Ces manifestants réclament que l'État cesse d'émettre des permis d'exploration pour ce combustible fossile, mais le premier ministre David Alward a déjà indiqué qu'il veut que cette industrie prenne de l'expansion du moment que ce soit fait de façon sécuritaire et écoresponsable.

Pour Julia Linke, du Conseil des Canadiens, M. Alward n'écoute pas les inquiétudes de la population concernant le gaz de schiste.

Selon elle, il n'est pas digne d'un premier ministre de ridiculiser les citoyens et de ne pas tenir compte de leur avis.

Mme Linke va jusqu'à estimer que «la démocratie est en jeu» dans cette histoire.

Margaret Tusz-King, une conseillère municipale de Sackville, doute que les normes provinciales soient suffisamment strictes pour répondre aux inquiétudes environnementales associées au développement des gaz de schiste, particulièrement lorsqu'il est question des zones près des sources d'eau.

«Je crois qu'ils prennent des décisions risquées à propos de choses que nous devons protéger pour nos enfants et nos petits-enfants, particulièrement l'eau et la sécurité des terres», a-t-elle dit. «Je crains également qu'ils ne respectent pas les traités et les droits des Autochtones.»

Une importante mobilisation contre l'exploitation des gaz de schiste près de Rexton a pris une tournure violente, le mois dernier, lorsque la Gendarmerie royale du Canada (GRC) a fait respecter une injonction empêchant les manifestants de bloquer l'accès à une propriété utilisée par la compagnie SWN Resources, qui mène des activités d'exploration dans la province. Quarante personnes ont été arrêtées et six véhicules de police incendiées.

Plusieurs manifestants provenaient de la communauté de la Première Nation d'Elsipogtog. Le premier ministre Alward a tenu une série de rencontres avec le chef de cette communauté, Aaron Sock.

Mais il ne voit l'utilité de discuter avec le chef de la Première Nation St.Mary, qui a installé des maisons longues traditionnelles de l'autre côté de la législature pour protester contre le développement des gaz de schiste.

Au dire du premier ministre, une industrie florissante du gaz de schiste pourrait créer des emplois et apporter des revenus supplémentaires dans une province aux prises avec un déficit de 500 millions $ cette année.