NOUVELLES
05/11/2013 01:01 EST | Actualisé 05/01/2014 05:12 EST

Candidature libérale: Pascal Bérubé en furie contre l'ex-patron de la RIO

QUÉBEC - Outré, le ministre Pascal Bérubé a prévenu mardi qu'il aura des «choses à dire» si jamais l'ex-patron de la Régie des installations olympiques (RIO), David Heurtel, se lance en politique sous les couleurs libérales.

M. Heurtel a quitté ses fonctions de président-directeur général de la RIO mardi et plusieurs observateurs s'attendent à ce qu'il annonce sa candidature pour le Parti libéral du Québec (PLQ) dans la circonscription montréalaise de Viau.

Multiethnique et acquis aux libéraux, le comté de Viau est vacant depuis la démission du libéral Emmanuel Dubourg, parti tenter sa chance au niveau fédéral. L'élection complémentaire aura lieu le 9 décembre, tout comme celle dans Outremont où la candidature du chef libéral Philippe Couillard est présumée.

En point de presse, le ministre délégué au Tourisme _ qui est responsable de la RIO _ a reproché à l'ancien PDG de lui avoir signifié sa démission par courriel et de ne pas l'avoir informé de ses visées politiques.

«Comme responsable de la RIO, j'aurais aimé pouvoir m'entretenir avec un président de société d'État qui est à ma charge pour échanger là-dessus. Il a choisi de ne pas nous expliquer ses raisons. Si d'aventure il le fait, dans les prochaines heures ou les prochains jours, j'aurai certainement des choses à dire à cet effet», a lâché, énigmatique, le député de Matane-Matapédia.

Le ministre péquiste a mis en doute la loyauté de M. Heurtel, un ancien conseiller du premier ministre Bernard Landry, nommé à la RIO sous la gouverne libérale. Il a raconté l'avoir «confronté» dès le mois d'août au sujet des rumeurs circulant à son endroit. M. Heurtel aurait alors nié vouloir se lancer en politique active sous l'égide du PLQ.

«Le 27 août dernier, à la suite des rumeurs de candidature libérale, je l'ai confronté et il m'a assuré qu'il ne serait pas candidat pour aucun parti, notamment le Parti libéral. C'est sa parole qu'il m'a donnée», a déclaré M. Bérubé.

Le ministre a dit avoir été incapable de joindre M. Heurtel durant la journée de lundi pour s'enquérir de la situation. Il juge «inacceptable» qu'un président de société d'État refuse de lui rendre des comptes sur son plan de carrière.

«Il ne répondait à aucun appel logé par moi ou par la présidente du conseil d'administration (de la RIO). Ce n'est pas acceptable», a pesté M. Bérubé.

En marge d'une réunion du caucus libéral, le chef Philippe Couillard s'est quant à lui refusé à critiquer le choix de M. Heurtel de remettre sa démission par courriel. «Il y a plein de façons de dire adieu, dans la vie, vous savez», a-t-il dit aux reporters.

M. Couillard n'a pas voulu confirmer ni infirmer la candidature de M. Heurtel dans Viau, laissant durer le suspense. «Les annonces de candidature seront faites en temps et lieu dans les circonscriptions concernées avec les citoyens concernés», a souligné le leader du PLQ, réaffirmant son intention de se commettre uniquement quand la première ministre Marois aura officiellement déclenché les deux élections complémentaires. Cela devrait être fait lors de la prochaine séance du conseil des ministres, mercredi.