NOUVELLES
04/11/2013 04:26 EST | Actualisé 04/01/2014 05:12 EST

Pour Nadal, 2013 est un grand succès même s'il ne termine pas au premier rang

LONDRES - Malgré ses énormes succès en 2013, Rafael Nadal n'est pas encore assuré de terminer l'année au premier rang mondial. À ce stade de sa carrière, cela n'est toutefois plus aussi important.

De retour à la compétition après une blessure au genou qui a menacé sa carrière, Nadal a remporté 10 titres cette année — dont deux tournois du Grand Chelem — et il a déjà dépassé les attentes de presque tout le monde en 2013. Il a également délogé Novak Djokovic du premier rang mondial le mois dernier, mais le Serbe a la possibilité de le lui reprendre cette semaine aux Finales de l'ATP, dernier tournoi de l'année.

Peu importe ce qui survient à Londres, Nadal considérera l'année 2013 comme un énorme succès.

«J'ai déjà terminé l'année comme no 1 (auparavant), a rappelé Nadal, qui a terminé au sommet du classement en 2008 et 2010. Si ça arrive de nouveau, ce sera parfait. Mais le fait saillant de ma saison n'est pas le premier rang mondial. L'histoire à retenir, c'est que j'ai été capable de revenir, de gagner et d'être de nouveau compétitif dans un court laps de temps.»

Depuis son retour au jeu à la suite de sa blessure au genou qui l'a tenu à l'écart pendant sept mois, l'Espagnol de 27 ans a atteint la finale de 13 des 15 tournois qu'il a disputés cette saison, remportant les Internationaux de France et des États-Unis.

Il n'a besoin que de deux victoires à Londres pour s'assurer de terminer au premier rang tandis que Djokovic doit gagner le tournoi pour avoir l'opportunité de le devancer.

«J'ai eu une saison sensationnelle et je n'échangerais pas toutes les émotions que j'ai vécues pour être no 1», a poursuivi Nadal, qui disputera son premier match du tournoi rotation contre son compatriote espagnol David Ferrer, mardi.

Le tournoi londonien, qui réunit les huit meilleurs joueurs de la saison, est le seul titre qui manque au palmarès de Nadal.

Nadal s'est qualifié pour le tournoi pour une neuvième année d'affilée mais sa meilleure performance demeure une participation à la finale en 2010.

Sirotant un lait frappé et souriant au début de sa conférence de presse, le visage de Nadal s'est asssombri lorsqu'il a été question de son manque de succès à ce tournoi en salle.

«Nous nous qualifions en jouant sur toutes les surfaces, mais les Finales du circuit ont toujours lieu sur surface dure, a souligné Nadal, suggérant que l'ATP devrait alterner les surfaces de jeu afin de donner aux joueurs une chance égale de gagner. La fatigue est l'une des petites raisons (pour lesquelle je n'ai pas gagné). Mais l'une des principales raisons est que je n'ai jamais été un joueur formidable en salle. J'ai aussi joué de malchance. Les finales ont eu lieu à l'intérieur de 2005 à aujourd'hui, je suis donc un peu malchanceux avec ça. Pour moi, il est plus équitable de le faire à l'extérieur sur des surfaces différentes.»

Mais Nadal, considéré de loin comme le meilleur joueur sur terre battue de l'histoire du tennis, ne s'attend pas à voir le tournoi disputé sur une autre surface avant la fin de sa carrière.

«Je le dis pour la prochaine génération et parce que ce serait intéressant pour les amateurs, a-t-il dit. C'est un formidable tournoi à disputer. Je n'ai jamais disputé un tournoi avec une meilleure atmosphère, mais cela ne signifie pas que l'ATP ne peut pas se montrer un peu plus équitable envers les joueurs.»

Djokovic, le tenant du titre à Londres, n'a pas fait mention d'un changement de surface mais il est d'accord avec l'idée de changer de site à la conclusion du contrat entre les organisateurs de Londres et l'ATP en 2015. Le tournoi s'est installé dans la capitale londonienne en 2009.

«Je pense que ce tournoi devrait définitivement avoir lieu à différents endroits plus souvent, a précisé Djokovic. Ne pas être présenté dans la même ville plus de trois ans. C'est mon opinion.