NOUVELLES
04/11/2013 07:54 EST | Actualisé 04/01/2014 05:12 EST

Excuses de Rob Ford : même des alliés sont insatisfaits

Au moins deux membres du comité exécutif du maire de Toronto le pressent de quitter son poste temporairement, affirmant qu'il ne suffit pas de dire qu'il a fait des « erreurs ».

Le maire Rob Ford s'est « excusé » dimanche, lors de son émission hebdomadaire à la radio, au sujet de ses « erreurs », relativement à au moins deux événements publics durant lesquels il paraissait éméché. Mais il a nié à nouveau avoir un problème de dépendance à la drogue. Toutefois, il n'a pas voulu dire s'il avait déjà oui ou non consommé du crack.

Le maire a aussi affirmé qu'il « passerait à travers » de la crise actuelle en restant à son poste. Il n'a pas voulu répondre aux questions des journalistes après son émission.

Le maire Ford a répété, lundi, qu'il n'était accusé de rien.

Scepticisme

Toutefois, le conseiller municipal et allié de M. Ford, Michael Thompson, a indiqué au Toronto Star que « beaucoup de questions restent sans réponses ».

Selon lui, il serait « utile » pour le maire de prendre au moins un mois ou deux de convalescence.

Un autre membre du comité exécutif du maire, le conseiller Peter Milczyn, demande lui aussi à M. Ford de se retirer de ses fonctions temporairement.

« Marge de manœuvre » ?

Pour sa part, le maire adjoint Norm Kelly affirme que Rob Ford a fait « un pas dans la bonne direction » avec ses excuses à la radio dimanche.

Selon lui, le maire s'est donné « un peu de marge de manoeuvre », mais il doit maintenant, ajoute-t-il, respecter les promesses qu'il a faites aux Torontois.

Le chef du budget et allié du maire, Frank Di Giorgio, a affirmé, lundi, que les conseillers municipaux devaient se « rallier derrière lui et l'appuyer ». Selon lui, le maire n'est pas en situation de conflit d'intérêts en ce qui concerne le budget annuel de la police dont il sera question à l'hôtel de ville au cours des prochaines semaines.

Pour sa part, l'expert en communication Bob Reid affirme que M. Ford a atteint sa cible dimanche.

Le conseiller municipal et critique du maire Joe Mihevc pense, au contraire, que les excuses de M. Ford ne semblaient pas sincères et que son engagement à mettre fin aux excès ressemblait à « ce qu'on entend » d'autres personnes qui ont des problèmes de dépendance.

Pour sa part, la conseillère centriste Sarah Doucette dit que « les excuses du maire n'étaient pas claires » et qu'il doit prendre une pause.