NOUVELLES
04/11/2013 08:28 EST | Actualisé 04/01/2014 05:12 EST

Bangladesh : vers un bond du salaire minimum dans le textile

Un comité mandaté par le gouvernement du Bangladesh propose une hausse de 77 % du salaire minimum aux employés de l'industrie du textile. Dacca espère ainsi calmer la grogne des travailleurs, qui réclament de meilleures conditions de travail depuis la catastrophe ayant causé la mort de plus d'un millier de travailleurs il y a plus de six mois.

Quelques semaines après l'effondrement de l'édifice Rana Plaza à Dacca en avril dernier, le gouvernement avait chargé un comité de lui faire des recommandations pour améliorer les conditions de travail des quatre millions d'employés des ateliers de textile dans le pays.

Dans son rapport rendu lundi, ce comité suggère de faire passer le salaire minimum à 68 $US par mois, soit 77 % de plus que le salaire minimum mensuel actuellement en vigueur de 38 $US. « Le comité a proposé cette cible après avoir considéré les réalités des propriétaires d'usines et des travailleurs », a expliqué le président du comité A.K. Roy. Cette proposition sera maintenant soumise à la révision du ministère du Travail et de l'Emploi du Bangladesh.

Cette hausse est toutefois loin de l'objectif fixé par les syndicats qui demandent un salaire minimum de 102 $US par mois. La semaine dernière, les salariés du secteur textile ont refusé la hausse proposée de 50 % du salaire minimum, disant qu'elle ne permettrait pas de vivre décemment ni de suivre le rythme de l'inflation.

Les syndicats pourraient tenter de mettre davantage de pression sur le gouvernement en le menaçant de nouvelles grèves et de manifestations de grande ampleur. En septembre, 20 % des 3200 ateliers de textile dans le pays ont déclenché une grève de six jours en marge de laquelle plusieurs violences ont éclaté.

Même avec la hausse proposée, le Bangladesh offrira toujours le salaire minimum le plus faible du monde. Les employés du textile dans le pays gagnent présentement environ la moitié de ce que touchent les travailleurs de la même industrie au Vietnam ou au Cambodge.