NOUVELLES
03/11/2013 07:51 EST | Actualisé 03/01/2014 05:12 EST

Dépenses du Sénat: après leur congrès, les conservateurs veulent tourner la page

OTTAWA - Les conservateurs espèrent qu'un vote visant à suspendre sans salaire trois anciens sénateurs conservateurs, prévu cette semaine, pourrait aider à tourner la page d'un scandale qui plombe leur capital politique depuis des mois.

Des députés et quelques sénateurs reviennent à Ottawa, en provenance de Calgary, après avoir participé à un congrès bisannuel de la formation qui pourrait toutefois ajouter de nouvelles dimensions à cette saga.

Lors d'une entrevue accordée durant la fin de semaine, le ministre de l'Emploi Jason Kenney a confié que la plupart des députés ont appris que leurs électeurs étaient fatigués de cette histoire, et qu'ils désiraient que des gestes clairs soient posés en matière d'imputabilité, «puis que l'on passe à autre chose».

M. Kenney a dit espérer que le Sénat prenne rapidement une décision sur la motion, et que toute cette affaire permettrait de relancer les efforts pour réformer la Chambre haute de façon démocratique.

La leader adjointe du gouvernement au Sénat, Yonah Martin a prédit que le vote pour suspendre Mike Duffy, Pamela Wallin et Patrick Brazeau sans salaire serait tenu mardi. Mme Martin a imposé la semaine dernière un temps limite pour débattre de la motion.

Le congrès conservateur pourrait néanmoins avoir soulevé davantage de questions qu'il n'en a réglé dans cette histoire où abondent déjà des interrogations restées lettre morte.

Le responsable du financement du parti, le sénateur Irving Gerstein, a profité d'un discours lors du congrès, samedi, pour révéler ce qu'il savait des discussions pour rembourser les dépenses contestées de M. Duffy. M. Gerstein était pourtant demeuré muet depuis l'éclatement de l'affaire, en mai.

«J'ai été absolument clair avec Nigel Wright que le fonds du parti conservateur du Canada ne paierait jamais pour les dépenses contestées du sénateur Duffy et il n'a jamais servi à cela», a déclaré le sénateur Gerstein.

Il s'agit-là d'une version différente de celle racontée à la Gendarmerie royale du Canada par les avocats de M. Wright. Selon eux, le parti «allait payer» les dépenses de M. Duffy, lorsque celles-ci étaient évaluées à 32 000 $, mais se sont rétractés lorsque la facture est passée à 90 000 $. M. Wright dit avoir fini par payer le tout de sa poche.