NOUVELLES
01/11/2013 05:22 EDT | Actualisé 01/01/2014 05:12 EST

Un chef de police du Manitoba accusé d'avoir bâclé une enquête est acquitté

WINNIPEG - Un chef de police d'une petite municipalité du Manitoba a été acquitté, vendredi, des accusations d'avoir délibérément bâclé une enquête sur une collision mortelle causée par un autre policier.

Harry Bakema, âgé de 62 ans, était chargé d'enquêter sur un incident à East St. Paul, près de Winnipeg, au cours duquel un policier en civil a embouti une automobile et tué la femme au volant, Crystal Taman, en 2005.

Selon ce qui a été dit au procès, M. Bakema n'a pas évalué si le policier avait les facultés affaiblies, et l'a plutôt escorté jusqu'à un véhicule de patrouille pour qu'il s'y repose.

Des accusations de conduite avec les facultés affaiblies contre le policier ont été abandonnées. Il s'est vu imposer une peine conditionnelle d'assignation à résidence pour une conduite dangereuse ayant causé la mort.

Une enquête en 2008 sur la gestion de l'incident avait mené à l'arrestation de M. Bakema et à la dissolution du corps de police — de quatre personnes — de East St. Paul.

La voiture compacte conduite par Crystal Taman s'était arrêtée à un feu rouge à l'aube, le 25 février 2005. Derrière elle s'amenait un camion conduit par Derek Harvey-Zenk, un policier de Winnipeg en civil qui revenait d'une fête avec des collègues.

Malgré de larges signaux avertissant de l'approche d'une intersection, l'agent n'a pas freiné et a heurté de plein fouet l'arrière du véhicule de la victime.

M. Bakema, qui avait travaillé avec Derek Harvey-Zenk à Winnipeg, figurait parmi les premiers agents sur les lieux.

Des témoins, incluant certains collègues, ont raconté, tant durant l'enquête qu'au procès, s'être fait dire par M. Bakema que Derek Harvey-Zenk avait bu ce jour-là. Mais certains témoignages différaient de ce que ces intervenants avaient dit à la police peu après la collision.

Le juge du tribunal provincial, Kelly Moar, a affirmé que la Couronne n'avait pas établi de preuves pouvant mener à la condamnation de M. Bakema, parlant tout de même de «lacunes» dans l'enquête.