NOUVELLES
01/11/2013 08:12 EDT | Actualisé 01/01/2014 05:12 EST

Élections municipales : le compte à rebours est commencé

Les Montréalais n'ont plus beaucoup de temps pour se faire une idée des candidats pour lesquels ils iront voter. Le scrutin a lieu dimanche, et les choix de la population ne sont pas simples à faire.

Le système électoral municipal montréalais est le plus complexe au pays. Selon l'arrondissement dans lequel ils habitent, les citoyens auront à voter pour deux à cinq postes différents.

En plus du maire de Montréal, certains devront choisir un maire d'arrondissement, un conseiller de ville et des conseillers d'arrondissement.

C'est que depuis les fusions de 2004, le système électoral montréalais est divisé en deux paliers : la mairie centrale et les mairies d'arrondissement. Les électeurs votent donc pour le maire de Montréal, un maire d'arrondissement, un conseiller de ville et un ou deux conseillers d'arrondissement.

« On retrouve des conseillers de la ville qui vont siéger à la fois au conseil d'arrondissement et au conseil de la ville, et dans certains quartiers des conseillers d'arrondissements dont le pouvoir et les compétences se situent exclusivement au niveau des questions d'arrondissement, des compétences qui rythment la vie quotidienne comme la circulation locale, les parcs locaux, les bibliothèques, etc. » explique le porte-parole d'Élection Montréal, Pierre G. Laporte.

Les électeurs peuvent donc cibler des objectifs différents à chaque niveau. Choisir par exemple un maire pour sa vision de la ville centre mais préférer le programme d'un autre parti au niveau de l'arrondissement.

Danielle Pilette, professeure en Science de la gestion à l'UQAM, croit que plusieurs choix stratégiques peuvent ainsi s'offrir aux électeurs :

« On peut souhaiter que le maire au conseil de ville ne soit pas trop fort et on pourrait voter pour un conseiller de ville qui soit d'une autre équipe qui lui va représenter les arrondissements au conseil de ville, ça veut dire pour le budget », dit-elle.

Avec quatre principaux partis et une multitude de candidats indépendants, la représentation à l'hôtel de ville de Montréal lundi prochain risque d'être plus diversifiée que jamais.

D'après le reportage d'Alexandre Touchette