NOUVELLES
01/11/2013 11:03 EDT | Actualisé 01/01/2014 05:12 EST

À mi-saison : surprises et déceptions dans la NFL

Année après année dans la Ligue nationale de football, des formations en qui les attentes sont très élevées déçoivent déjà à la mi-saison, alors que d'autres font mentir leurs critiques. 

Un texte de Olivier Paradis-Lemieux Twitter Courriel et de Félix St-Aubin Twitter Courriel

La moitié des équipes de la NFL a maintenant joué huit de ses seize matchs. L'autre moitié, en raison de leur semaine de repos, atteindra ce plateau cette semaine. Nous avons décidé de déroger de nos habituels affrontements de la semaine pour vous offrir nos surprises et déceptions jusqu'ici cette année.

Plus dure sera la chute

Défaits en finale de l'Association nationale en janvier dernier, une participation au Super Bowl est l'objectif minimal du côté des Falcons d'Atlanta. Après sept rencontres (2-5), il est plus que probable que le parcours des hommes de Mike Smith prenne fin au mois de décembre.

Jusqu'à maintenant, les Falcons ont croisé le fer avec quatre formations qui affichent un rendement de ,500 ou mieux. Le résultat : aucun gain contre quatre revers.
Les blessures aux receveurs éloignés vedettes Julio Jones et Roddy White et au demi Steven Jackson affectent grandement l'attaque des Georgiens.

Explosif par le passé, les Falcons se classent présentement au 15e rang de la ligue pour les points marqués par affrontement. Avec une défense qui se retrouve dans le dernier tiers du circuit, ce n'est vraiment pas l'idéal pour espérer engranger les victoires.

Dans l'Américaine, les Texans de Houston (2-5) semblaient prédestinés à remporter un troisième titre de division de suite. Après avoir gagné leurs deux premiers duels, ils ont échappé les cinq suivants et sont 3es de la Division sud.

Leur défense, toujours menée par le joueur défensif par excellence de la NFL en 2012, J.J. Watt, est au 1er rang de la NFL pour les verges accordées. Mais l'équipe vient en 30e position à ce qui a trait aux points marqués.

Le quart Matt Schaub a frappé un mur. Il a lancé six interceptions à ses quatre derniers départs, contre deux passes de touché. Quand il a été blessé à une cheville contre les Rams, les partisans des Texans ont même applaudi à sa sortie du terrain, en dérision.

Avec les Colts bien en selle au sommet de la division, Houston devra rapidement trouvé des réponses en attaque afin de ne pas rater les éliminatoires. La recrue Case Keenum semble avoir supplanté Schaub au poste de quart, un premier pas dans cette direction.

Mais le temps file pour les Texans, qui accueilleront justement les Colts dimanche, à Houston.

Péril à Boston

Si les Patriots de la Nouvelle-Angleterre montrent une fiche de 6-2, les performances de Tom Brady sont sources de grands questionnements au Massachusetts.

Le quart de 36 ans connaît la pire saison de sa carrière. Il ne réussit que 55,7 % de ses passes, et affiche une moyenne d'efficacité médiocre de 74,9. Des statistiques bien en recul par rapport à celles qu'ils montrent habituellement.

La perte de la majorité de son corps de receveurs explique en partie cette baisse. Le retour de l'ailier rapproché Rob Gronkowski devait aider, mais n'a pas été une panacée. Le synchronisme est encore absent avec ses nouveaux receveurs, les passes de Brady manquent souvent de précision et, comble de malheur, il vient de perdre les services de son garde à droite, Sebastian Vollmer.

Heureusement pour les hommes de Bill Bellichick, la Division est de l'Américaine est peut-être la plus faible de la ligue.

La fiche des Patriots est trompeuse. Ils sont bien loin de former une puissance.

Retour en force des Saints

Après une année 2012 catastrophique, marquée par le bountygate, la suspension à l'entraîneur-chef Sean Payton et une exclusion des séries, plusieurs n'étaient pas convaincus de ce que les Saints de La Nouvelle-Orléans allaient offrir sur le terrain.

Les Saints (6-1) ont fait fi des doutes à leur endroit et depuis, se présentent chaque dimanche en ayant qu'un seul et unique but en tête : ramener le trophée Vince-Lombardi en Louisiane.

Fidèle à lui-même, le quart-arrière et meneur incontesté des Saints Drew Brees affiche toujours des statistiques éloquentes : 19 passes de touché, 5 interceptions, 2290 verges par la voie des airs et une cote d'efficacité de 109,2. Tant et aussi longtemps qu'il sera derrière le centre, les Saints seront une organisation qui pourra aspirer aux grands honneurs.

Malgré les prouesses de Brees, il n'est pas le facteur déterminant du retour en force de La Nouvelle-Orléans. Il s'agit plutôt de la défense. La saison dernière, les Saints ont réécrit le livre des records de la NFL pour leur médiocrité dans quelques catégories à la défense.

C'est tout à fait différent en 2013. Les protégés de Payton accordent 332,4 verges par duel (12e) et seulement 17,1 points, bon pour le 4e échelon du circuit Goodell. Le redressement de la défense pourrait bien leur permettre de goûter, à nouveau, à l'ivresse d'un championnat.

Les tueurs de géants

Plusieurs observateurs considèrent que les Seahawks, les 49ers et les Broncos forment l'élite de la NFL. Une équipe les a toutefois déjà battues toutes les trois : les Colts d'Indianapolis (5-2).

Mais rien n'étant parfait, les hommes de Chuck Pagano se sont toutefois inclinés devant les Chargers et les Dolphins.

Andrew Luck a brillamment fait le saut cette saison de quart recrue à quart d'élite, mais il devra composer pour le reste de l'année avec l'absence du vétéran receveur Reggie Wayne, qui s'est déchiré un ligament du genou droit lors du retour de Peyton Manning à Indianapolis. Et le porteur de ballon Trent Richardson déçoit depuis son acquisition des Browns de Cleveland.

Enfin, à 8-0, les Chiefs constituent peut-être la plus grande surprise cette saison, mais contrairement aux Colts, ils n'ont pas encore affronté jusqu'à maintenant une des puissances de la NFL...