Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Des Mohawks manifestent au pont Mercier

Une vingtaine de membres de la communauté mohawk ont manifesté, vendredi matin, aux abords du pont Honoré-Mercier, entre la Rive-Sud et l'île de Montréal, provoquant près d'une heure de retard dans la circulation. Les manifestants bloquaient une voie avec une camionnette et distribuent des tracts dans l'autre voie.

Le chroniqueur de la circulation d'ICI Radio-Canada Première, Yves Desautels, suggérait aux automobilistes d'éviter le secteur de la route 132 près de Saint-Constant, Sainte-Catherine et Delson. «Ça passe au compte-gouttes», expliquait-il, estimant à une heure le retard causé à la circulation.

« Il n'y a aucun policier, aucun peacekeeper là. Ils font ce qu'ils veulent à peu près. » — Yves Desautels

Les Mohawks voulaient ainsi marquer leur appui aux Autochtones et aux Acadiens du Nouveau-Brunswick qui ont été arrêtés jeudi par la Gendarmerie royale du Canada (GRC). Le démantèlement d'une barricade, érigée il y a trois semaines par des manifestants contre l'exploitation du gaz de schiste, a tourné à la confrontation avec la GRC, à Rexton, dans l'est de la province. Au moins 40 personnes ont été arrêtées et des voitures de police ont été incendiées.

Quelque 200 personnes, dont plusieurs Autochtones, ont également marché dans les rues du centre-ville de Montréal jeudi soir pour dénoncer la répression policière contre les manifestants opposés à l'exploitation du gaz de schiste au Nouveau-Brunswick.

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.
Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.