NOUVELLES
11/10/2013 11:45 EDT | Actualisé 11/12/2013 05:12 EST

Le caractère public de l'ancien Jardin zoologique de Québec sera préservé

Radio-Canada

Le gouvernement Marois se lance dans la mise en valeur des terrains de l'ancien Jardin zoologique de Québec, fermé il y a près de sept ans. Même si aucun projet concret n'est encore sur la table, Québec entend rendre les lieux accessibles au public.

La ministre responsable de la Capitale-Nationale, Agnès Maltais, a annoncé vendredi matin que la Société des établissements de plein air du Québec (SEPAQ) et la Commission de la capitale-nationale (CCN) deviennent propriétaires des terrains de l'ancien Jardin zoologique de Québec.

Agnès Maltais a réitéré l'engagement du gouvernement du Québec de mettre en valeur le terrain de 600 000 mètres carrés. Ce mandat a été confié à la SEPAQ.

Un comité comprenant des membres de la CCN sera mis sur pied pour définir les orientations du futur développement.

Un appel d'offres sera lancé l'an prochain, a fait savoir la ministre responsable de la Capitale-Nationale. Des partenaires privés et publics pourront soumettre des projets, a dit la ministre.

« On accueillera les projets sans préjugés, mais il n'y en a aucun qui ont un privilège. Tous les projets vont être évalués au mérite. »

Rappelons qu'une partie de l'emplacement de l'ancien zoo est maintenant convertie pour faire place au parc des Moulins. La plus grande partie du terrain n'est toujours pas utilisée, sauf en hiver. L'hôtel de Glace occupe l'endroit depuis 2011.

Gouffre financier

La Coalition avenir Québec (CAQ) a vivement réagi à l'annonce du Parti québécois. Le député de la circonscription de Chauveau, Gérard Deltell, déplore la décision du gouvernement Marois.

M. Deltell s'attendait à un engagement plus concret de la part du gouvernement sur l'avenir du Jardin zoologique. Il croit qu'il est grand temps de régler ce dossier qui est devenu un véritable gouffre financier. « C'est 1,3 million de dollars par année qu'on perd [...] Depuis sept ans, c'est 13 millions de dollars qu'on perd parce qu'on ne fait rien avec le Jardin zoologique », déplore-t-il.

En juin dernier, la députée caquiste de Charlesbourg, Denise Trudel, avait lancé une pétition qui avait été déposée à l'Assemblée nationale pour demander au gouvernement Marois d'intervenir dans le dossier et de redonner le terrain à la population.

De son côté, Francine Vachon du comité SOS Zoo espère toujours que la SEPAQ étudiera la possibilité de ramener des animaux sur le site. « Le zoo, c'est aussi notre patrimoine », affirme-t-elle.

Le Jardin zoologique de Québec a fermé définitivement ses portes en 2006.

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.

INOLTRE SU HUFFPOST