NOUVELLES
11/10/2013 06:00 EDT | Actualisé 11/12/2013 05:12 EST

Greyson et Loubani de retour au Canada

Les deux Canadiens qui ont été détenus en Égypte pendant près de deux mois sont de retour au pays. Leur vol est arrivé à l'aéroport Pearson de Toronto vers 19h30, vendredi soir.

Tarek Loubani et John Greyson ont été accueillis par une importante foule où se mêlaient familles, amis, médias, sympathisants et curieux. Ils se sont brièvement adressés au public pour remercier ceux qui ont contribué à leur libération, comme le gouvernement canadien. « Nous sommes de retour à la maison grâce au travail de milliers de personnes de tous les horizons, du Canada, d'Égypte et du monde. Ils ont tous parlé pour nous faire libérer après notre arrestation arbitraire. »

Tarek Loubani et John Greyson ont pu quitter le Caire vendredi à destination de Francfort, en Allemagne, d'où ils ont pris un vol pour le Canada.

« C'est terminé. À 9 h 40, heure du Caire, nous avons quitté l'aéroport international du Caire à bord d'un vol en direction de la maison », ont déclaré les deux hommes dans un communiqué. « Nous avons très hâte de voir nos familles et de pouvoir les embrasser, de pouvoir partager les pleurs et les étreintes en privé », poursuivaient-ils.

Plus tôt vendredi, la ministre d'État aux Affaires étrangères et consulaires, Lynne Yelich, a affirmé que le Canada se joignait aux familles de MM. Loubani et Greyson pour célébrer leur retour au Canada.

Mme Yelich a également souligné le travail de l'ambassadeur et de l'équipe consulaire canadienne en Égypte.

50 jours de détention

Le ministère égyptien des Affaires étrangères a levé, jeudi, l'interdit qui empêchait le médecin Tarek Loubani et le cinéaste John Greyson de prendre un vol à destination du Canada.

M. Greyson, un cinéaste et professeur de Toronto, et M. Loubani, un médecin de London, en Ontario, avaient été arrêtés le 16 août après être allés observer une manifestation antigouvernementale au Caire. Ils affirment avoir été battus et détenus pendant des semaines dans une cellule surpeuplée infestée de coquerelles.

Le ministre canadien des Affaires étrangères, John Baird, et d'autres responsables du gouvernement ont exercé des pressions soutenues auprès des autorités égyptiennes pour obtenir leur libération. Les deux hommes, qui n'ont jamais été accusés formellement, ont été libérés de prison le week-end dernier.

Ils ont toujours soutenu qu'ils étaient au mauvais endroit, au mauvais moment. Selon leur version des faits, ils étaient en transit vers l'enclave palestinienne de Gaza.