POLITIQUE
11/10/2013 04:38 EDT | Actualisé 11/12/2013 05:12 EST

Denis Coderre a aussi fait des appels automatisés, mais légalement

PC

MONTRÉAL _ Au lendemain de l'éclatement d'un scandale entourant le recours à des appels automatisés illégaux par l'équipe de Marcel Côté, l'un de ses rivaux, Denis Coderre, a reconnu avoir lui aussi déployé une telle campagne _ mais en toute légalité.

L'équipe de campagne de celui qui est considéré comme le favori dans la course a dépensé 14 500 $ pour rejoindre 449 289 citoyens montréalais afin de prendre leur pouls, a dévoilé vendredi M. Coderre.

Mais le tout aurait été fait en conformité avec la loi électorale qui oblige les formations politiques à s'identifier clairement et à nommer leur agent officiel dans la communication téléphonique.

Et le ton de la publicité était nettement différent de celui de la campagne mise en oeuvre par l'organisation de Marcel Côté, a plaidé l'ancien député libéral lors d'une entrevue téléphonique avec La Presse Canadienne.

Les quelque 37 pour cent d'interlocuteurs qui ont accepté de se prêter au jeu devaient répondre à deux questions _ une première où on leur demandait de préciser leur intention de vote pour le poste de maire, et une seconde où on leur demandait s'ils choisiraient aussi des candidats de l'équipe Coderre (s'ils avaient opté pour lui à la question précédente).

Denis Coderre y est allé de ces précisions quelques heures après que le Directeur général des élections du Québec (DGEQ) eut déterminé que l'équipe de Marcel Côté avait enfreint la loi électorale avec sa campagne d'appels automatisés anonymes.

Le chef de Coalition Montréal s'est attiré les foudres de ses trois principaux adversaires après avoir reconnu, jeudi, que son organisation avait déployé une campagne d'appels négative à leur endroit.

Piqués au vif, les candidats Richard Bergeron et Denis Coderre ont réagi au quart de tour en déposant une plainte auprès du DGEQ, lequel a rapidement convenu de l'illégalité de la démarche.

Car les messages préenregistrés ne mentionnaient ni le parti ni l'agent officiel, ce qui constitue une infraction à la loi électorale.

"C'était de la publicité, et la loi prévoit que la publicité doit être identifiée obligatoirement au nom de l'agent officiel et du parti qui diffuse la publicité. Il s'agissait donc d'une dépense électorale non conforme", a précisé Denis Dion, porte-parole de l'organisation.

La première sanction qui sera imposée à l'équipe de Marcel Côté est de nature administrative, c'est-à-dire que cette dépense ne sera pas remboursée

à 70 pour cent comme le prévoit la loi, a expliqué M. Dion.

Il n'est par ailleurs pas exclu qu'une poursuite soit intentée contre la formation politique, a poursuivi le porte-parole.

"Théoriquement, on pourrait effectivement intenter une poursuite, a exposé M. Dion. Il n'y a pas de décision prise là-dessus. Mais habituellement, on considère que la sanction administrative est appropriée."

Les quelque 980 interlocuteurs qui ont été rejoints au téléphone mercredi soir étaient invités à répondre à un sondage mené par une firme soi-disant indépendante.

À ceux qui disaient avoir l'intention de voter pour Richard Bergeron, on indiquait que Projet Montréal faisait l'objet d'une controverse pour le financement d'un organisme dans l'arrondissement du Plateau-Mont-Royal.

Et à ceux qui souhaitaient jeter leur dévolu sur Denis Coderre, on faisait valoir que l'ancien député fédéral avait repêché plusieurs candidats dans les rangs du parti Union Montréal, qui a été éclaboussé à maintes reprises devant la Commission Charbonneau.

Les reproches adressés à Mélanie Joly concernaient essentiellement le fait que son équipe était incomplète, a indiqué Marcel Côté jeudi.

Ce type de campagne téléphonique, qu'elle soit positive ou négative, n'est aucunement proscrit par la loi, a signalé Denis Dion.

"La publicité est tout à fait légale, il y a de la publicité dans toutes les campagnes électorales. (Le DGEQ) considère que les appels automatisés sont une forme de publicité", a-t-il souligné.

Le recours à des appels automatisés a fait beaucoup de vagues au cours des derniers mois sur la scène fédérale.

En mai, des amendes salées ont été distribuées par le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) à diverses formations politiques et élus pour des appels automatisés qui ont heurté ses règles.

Quatre partis politiques, deux députés et une firme de télémarketing se sont vu imposer pas moins de 369 000 $ en pénalités au total.

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Denis Coderre pour les nuls Voyez les images