NOUVELLES
10/10/2013 10:10 EDT | Actualisé 10/12/2013 05:12 EST

Un ex-conseiller municipal écope 18 ans pour des agressions sur des garçons

SAINT-JEAN, N.-B. - Un ancien conseiller municipal et travailleur auprès des jeunes à Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick, a été condamné jeudi à une peine d'emprisonnement de 18 ans, pour avoir agressé sexuellement et produit des images pornographiques de garçons sur une période de 12 ans.

Donnie Snook avait plaidé coupable en mai à 46 accusations, dont agression sexuelle et possession, distribution et production de pornographie juvénile.

Ces crimes, qui se sont étalés de janvier 2001 jusqu'à son arrestation en janvier 2013, impliquent 17 garçons, la plupart résidant à Saint-Jean et dans les environs, et âgés de cinq à 15 ans au moment des faits.

Le juge Alfred Brien a fait valoir qu'il était important que les victimes ne se sentent pas responsables de ce qui s'est passé. «Malheureusement, ce ne sont pas toutes les victimes qui ont fait la paix avec l'agression qu'elles ont subie», a-t-il affirmé.

Snook s'est vu accorder 15 mois pour le temps déjà passé en prison, signifiant qu'il a encore 16 ans et neuf mois à purger. Il sera admissible à une libération conditionnelle après avoir purgé le tiers de sa peine.

Lors de l'audience sur la détermination de la peine, en août, l'homme de 41 ans disait avoir honte de ses gestes, et avait affirmé au tribunal qu'il avait été lui-même agressé sexuellement lors de son enfance à Terre-Neuve. «Je suis devenu ce que je haïssais le plus au monde: quelqu'un qui s'attaque à des enfants», avait-il plaidé.

La Couronne avait recommandé une peine de 21 ans de prison, soulignant que Snook avait créé une «atmosphère permissive» à son domicile, attirant chez lui les garçons avec de l'argent, leur permettant de consommer de l'alcool et de la marijuana, et les amenant à prendre part à des activités sexuelles.

La défense plaidait pour une peine de 12 ans, affirmant que Snook souhaite maintenant aider les victimes de quelque manière que ce soit, et qu'il veut amorcer une réadaptation.