NOUVELLES
10/10/2013 09:41 EDT | Actualisé 10/12/2013 05:12 EST

Saint-Colomban : Option citoyenne porte plainte à l'UPAC

À Saint-Colomban, près de Mirabel, le parti Option citoyenne - Équipe Jean Dumais a déposé une plainte à l'Unité permanente anticorruption (UPAC) et au ministère des Affaires municipales contre un conseiller en poste qu'on accuse de favoritisme dans l'attribution d'un contrat de la Ville.

Selon le candidat à la mairie Jean Dumais, le conseil municipal a des problèmes d'éthique à Saint-Colomban.

Son parti vient de déposer une plainte à l'UPAC contre le conseiller municipal Francis Émond.

Selon Jean Dumais, ce dernier aurait accordé un contrat de 100 000 $ à la firme Bionest, à la suite d'un appel d'offres tellement spécifique qu'il n'a généré qu'une seule soumission.

« On a lancé un appel d'offres pour une installation Bionest, on ne lançait pas un appel d'offres pour "pouvez-vous nous organiser un système de traitement des eaux" », déplore Jean Dumais.

Selon lui, il y a conflit d'intérêts. « Le conseiller Émond a fait plus d'un voyage sous les tropiques avec la compagnie Bionest », ajoute M. Dumais.

De son côté, Francis Émond se défend d'avoir favorisé Bionest. Il affirme que le choix du système de traitement des eaux venait d'une firme d'ingénierie mandatée par la Ville.

« Nous, à la Ville, on s'est fié sur une firme pour nous dire ce dont on avait besoin. La firme en est venue à la conclusion que, pour nos besoins, c'était le système Bionest qui était recommandé. On a voté sur un système sanitaire », explique M. Émond.

Il ajoute qu'il participe aux voyages de l'entreprise par affaires et qu'il paie lui-même ses voyages.

« C'est dans le cadre de leur congrès à eux, moi j'ai une compagnie et je me fais des clients de même. Et je paie mes voyages, j'ai toujours payé mes voyages et je vais continuer à les payer », assure Francis Émond.

Le maire de Saint-Colomban, Jacques Labrosse, appuie quant à lui son conseiller.

Pour lui, c'est une campagne de salissage de la part d'un ancien conseiller. « C'est de la vengeance, M. Jean Dumais s'est fait battre en 2009, puis il n'a jamais pris sa défaite », explique le maire Labrosse.

Dans moins d'un mois, les citoyens de Saint-Colomban devront décider à qui accorder leur confiance.

Un reportage de Francine Plourde