NOUVELLES
10/10/2013 01:14 EDT | Actualisé 09/12/2013 05:12 EST

Québec presse Ottawa de tirer des leçons de la tragédie de Lac-Mégantic

Québec demande au gouvernement fédéral de profiter du prochain discours du Trône, mercredi prochain, pour annoncer la fin du « laxisme » qui a prévalu dans l'application des règles encadrant le transport des matières dangereuses par voie ferroviaire et qui a « contribué » à la tragédie de Lac-Mégantic.

C'est ce qu'a indiqué jeudi le ministre québécois des Relations intergouvernementales, Alexandre Cloutier, en énumérant une liste des doléances que le gouvernement péquiste de Pauline Marois entretient à l'égard du gouvernement de Stephen Harper.

La tragédie de Lac-Mégantic a été une « véritable tragédie humaine », a rappelé le ministre, mais a aussi eu « d'importantes conséquences sur le plan économique » pour le Québec.

« Je veux vous rappeler qu'en 2013, il y a neuf fois plus de trains qui contiennent [des matières dangereuses] comme celui de Lac-Mégantic qui circulent sur les rails depuis 2009 », a dit le ministre Cloutier en conférence de presse.

« Je rappelle que le gouvernement américain a pris l'engagement de modifier les règles d'ici avril 2014. Le gouvernement fédéral, lui, refuse de le faire, et refuse d'en prendre l'engagement », a-t-il déploré.

« Quoiqu'en dise Denis Lebel, la responsabilité en matière de sécurité des transports est [...] fédérale. C'est au gouvernement d'Ottawa de corriger le tir et il a l'occasion de le faire dans le discours du Trône », a-t-il ajouté.

M. Cloutier a admis que le lieutenant politique du premier ministre Harper pour le Québec a « fait preuve d'ouverture » en s'engageant « à partager la facture pour 60 millions et plus ». L'affaire est actuellement en négociations, a-t-il dit.

Il a cependant nié que c'est Québec qui retarde le processus parce qu'il n'a pas présenté une nouvelle formule pour la répartition des sommes ni présenté de demandes formelles chiffrées pour les frais de décontamination.

« C'est complètement ridicule. Nous avons une estimation de l'ordre de 150 millions de dollars pour la décontamination. Le gouvernement fédéral a versé à ce jour zéro pour Lac-Mégantic, alors que le gouvernement du Québec a déjà dépensé plusieurs dizaines de millions de millions », a fait valoir le ministre.

« S'ils veulent payer le 40 millions que le Québec a déjà payé, je peux leur envoyer la facture cet après-midi. [...] Ce n'est pas un problème de facture, c'est un problème de bonne volonté du gouvernement fédéral de s'entendre avec le Québec pour réellement partager les coûts », a-t-il plaidé.

La réforme de l'assurance-chômage, le nouveau programme de subvention à l'emploi qui doit remplacer l'entente sur la formation de la main-d'œuvre, la fin du crédit d'impôt aux fonds de travailleurs et le litige entourant l'installation d'un péage sur le nouveau pont Champlain sont les autres pommes de discorde Québec-Ottawa que M. Cloutier demande au gouvernement fédéral de régler.

« Je m'attends à ce que le gouvernement fédéral fasse preuve d'ouverture, qu'il comprenne que ses décisions sont mauvaises pour l'économie du Québec, qu'elles sont mauvaises pour les travailleurs, qu'elles sont mauvaises pour le secteur financier, qu'elles nuisent aux entreprises, qu'elles nuisent à la formation de la main-d'œuvre », a affirmé le ministre des Relations intergouvernementales.

M. Cloutier a souligné que l'opposition aux décisions prises par le gouvernement Harper dans ces dossiers était unanime. « Le gouvernement fédéral doit prendre acte de ce consensus québécois, qui est vrai à l'Assemblée nationale, mais qui est vrai aussi à l'extérieur de l'Assemblée nationale. »