NOUVELLES
10/10/2013 04:06 EDT | Actualisé 10/12/2013 05:12 EST

L'ancien maire de Detroit condamné à 28 ans de prison

AFP

DÉTROIT - L'ancien maire de Detroit Kwame Kilpatrick a été condamné jeudi à 28 ans de prison pour corruption, dans ce qui semble être la dernière étape d'une série de scandales qui ont détruit sa carrière politique et aggravé les profondes crises qui affligent la ville.

M. Kilpatrick, qui a été maire de Detroit de 2002 à l'automne 2008, a engraissé son compte de banque de plusieurs dizaines de milliers de dollars dans le cadre de cette affaire, selon les preuves présentées lors du procès.

En mars, l'homme de 43 ans avait été condamné pour fraude, extorsion, crimes liés aux impôts et complot en vue de commettre des manoeuvres frauduleuses. Le gouvernement avait qualifié l'affaire d'«entreprise Kilpatrick», une combine visant à faire tomber les entrepreneurs rivaux et à récompenser les alliés de l'ex-maire.

M. Kilpatrick a été pris au piège par ses propres messages textes, qui ont révélé ses efforts pour conclure des contrats pour son ami, Bobby Ferguson, un entrepreneur en excavation qui a obtenu des millions de dollars de contrats municipaux par l'entremise du service de distribution de l'eau.

Des entrepreneurs ont déclaré qu'ils avaient été forcés de former des partenariats avec M. Ferguson pour ne pas perdre des contrats lucratifs. En échange, Bobby Ferguson a partagé ses profits avec le maire, selon le gouvernement.

Les enquêteurs qui ont inspecté les comptes de banque et de carte de crédit de Kwame Kilpatrick affirment qu'il a dépensé 840 000 $ US de plus que son salaire durant la période où il était maire. Les avocats de la défense ont tenté de faire valoir que cet argent provenait de généreux cadeaux de partisans politiques qui avaient ouvert leur porte-monnaie pour des anniversaires ou des fêtes.

Le gouvernement a également affirmé que M. Kilpatrick avait dilapidé un fonds destiné aux résidents de Detroit en détresse afin de se payer des séances de yoga, des camps de vacances pour ses enfants, des parties de golf et des voyages.

La peine imposée à l'ancien maire est une victoire pour les procureurs, qui avaient réclamé 28 ans de détention, tandis que les avocats de la défense demandaient une peine maximale de 15 ans de prison.

Kwame Kilpatrick, un démocrate, avait quitté son poste en 2008, dans la foulée d'un autre scandale qui semblait extraordinaire à l'époque, mais ne paraît plus aussi grave après l'enquête fédérale ayant mené à la condamnation de plus de 30 personnes.

Des messages sexuellement explicites avaient montré que M. Kilpatrick avait menti durant un procès pour couvrir sa plus proche collaboratrice, Christine Beatty, et pour cacher les raisons ayant mené au congédiement de policiers qui suspectaient des malversations à l'hôtel de ville.

Les électeurs de Detroit voteront bientôt pour un troisième maire depuis le départ de Kwame Kilpatrick, même si la ville est sous le contrôle d'un administrateur d'urgence, Kevyn Orr, pendant encore au moins un an. M. Orr, avec la bénédiction du gouverneur du Michigan, a déclaré la faillite de Detroit en juillet, affirmant qu'il n'y avait pas d'autre moyen de libérer la ville de sa dette de 18 milliards $ US.

«M. Kilpatrick n'est pas le principal coupable de la faillite historique de la ville, qui est le résultat de forces économiques et sociales plus vastes ayant été à l'oeuvre pendant des décennies. Mais son administration corrompue a exacerbé la crise», ont déclaré les procureurs dans un document déposé en cour la semaine dernière.

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.