NOUVELLES
10/10/2013 02:42 EDT | Actualisé 10/12/2013 05:12 EST

La partie la plus difficile commence pour les Pirates: rester au sommet

PITTSBURGH, États-Unis - Les Pirates de Pittsburgh ont remporté 94 matchs en saison régulière, ont accédé aux séries éliminatoires et acculé au mur les Cardinals de St.Louis dans la série de section de la Ligue nationale. Les voilà maintenant confrontés à la partie la plus difficile: rester au sommet, ou tout proche.

«La durabilité est ce qui départage les meilleures organisations des moins compétitives, a affirmé le gérant Clint Hurdle. Nous avons fait un énorme pas vers l'avant cette année dans le rétablissement de la fierté et de la passion de l'organisation auprès de nos partisans.»

Les Pirates auront plusieurs décisions importantes à prendre, après avoir finalement connu une première fructueuse saison en 20 ans.

Le directeur général Neal Huntington veut continuer d'opérer de façon consciencieuse avec un budget serré. La masse salariale des Pirates s'élevait à 73 millions$ US cette saison.

Le propriétaire Bob Nutting estime que l'équipe peut demeurer compétitive pour le même investissement en salaires, en autant qu'on fasse preuve d'ingéniosité quant à la façon de dépenser l'argent.

«J'estime que les règles du jeu ne sont pas équitables pour tous, elles ne le seront jamais. Mais nous nous sommes engagés à ne jamais utiliser ça comme une excuse, a déclaré Nutting. Est-il plus facile de bâtir un grand club avec 200 millions$ plutôt que 75 millions$? Absolument, mais je crois — et j'ai toujours cru et je continuerai de croire — que nous pouvons être compétitifs à ce niveau.

«Nous devrons prendre de judicieuses décisions.»

Parmi celles-ci, jugera-t-on utile de retenir les services du lanceur A.J. Burnett, qui a connu une solide saison de 10 victoires à l'âge de 36 ans? Burnett a démontré qu'il peut faire du bon travail de mentorat avec les jeunes Geritt Cole et Jeff Locke.

Burnett a laissé entendre qu'il pourrait annoncer sa retraite, mais la vérité c'est qu'il a peut-être fait suffisamment bien qu'il en coûtera trop cher pour l'engager.

On peut en dire autant au sujet du voltigeur Marlon Byrd, une des rares acquistions qu'on a faites vers la fin de saison.

Byrd a frappé dans une moyenne au bâton de 0,318 en un mois passé avec l'équipe, en plus d'être le frappeur le plus constant en séries. Byrd a apprécié son séjour à Pittsburgh, mais il a eu 36 ans en août et il sera sans doute à la recherche d'un contrat de longue durée.

Si Burnett en Wandy Rodriguez — qui a composé avec des problèmes de bras pendant les quatre derniers mois de la saison — ne sont pas de retour, il y aura au moins une ouverture au monticule.

Les positions de voltigeur de droite et de premier but pourraient être à combler, advenant les départs de Byrd et de Garrett Jones.

Les Pirates ne seront pas dépourvus de talent pour autant, avec l'élévation au rang de vedettes cette saison du voltigeur de centre Andrew McCutchen et du joueur de troisième but Pedro Alvarez.

La contribution du receveur québécois Russell Martin s'est avéré importante. Martin a aidé un groupe de lanceurs qui suscitaient peu de confiance avant la saison à s'établir comme un formidable atout pour l'équipe en septembre.