NOUVELLES
10/10/2013 03:08 EDT | Actualisé 09/12/2013 05:12 EST

Arnaud exhibe son français

« Avant, je veux dire, je suis désolé. Ma français c'est pas parfait, mais c'est pas mal. »*

Davy Arnaud a réussi ce que le public et les médias ont longuement attendu d'autres capitaines d'équipes sportives montréalaises : une entrevue en français.

Le numéro 22 de l'Impact de Montréal s'est confié à la caméra de l'Impact pour une première fois en français dans une entrevue de près de six minutes mise en ligne mercredi.

Arnaud avait déjà des bases dans la langue de Molière avant d'aboutir avec l'Impact à l'aube de sa première saison en MLS, en 2012. Grâce à la radio, à la télévision et à ses interactions avec ses coéquipiers francophones, il a fait un progrès suffisant pour formuler ses idées sur différents sujets, de son amour de la métropole à sa confiance d'atteindre les éliminatoires. Le tout, à son rythme.

« J'aime bien Montréal. Pas juste moi, mais ma famille aussi. C'est très différent de Texas et Kansas City aussi. C'est très très différent. Mais c'est bon. C'est un bon expérience pour moi et pour ma famille et pour mes enfants aussi. »

Reste à voir s'il demeurera avec le club la saison prochaine, lui dont le contrat vient à échéance au terme de la saison actuelle. Aider l'Impact à accéder aux éliminatoires l'aiderait probablement à rester au Québec.

Avec quatre matchs à disputer, les Montréalais n'ont qu'un coussin de trois points les prévenant de tomber hors du portrait de la « vraie saison ».

« Le première chose que j'ai dit ce matin. Hey listen, si on gagne samedi soir et Chicago perd à Dallas, nous allons jouer dans les playoffs. Je sais et les autres joueurs, il sait aussi. »

L'Impact affronte le Revolution de la Nouvelle-Angleterre samedi après-midi, à Montréal.

« Toujours au stade Saputo. Toujours, dans tous les matchs, l'atmosphère, c'est super. Maintenant dans les deux derniers matchs de la saison maintenant, c'est très très important pour les joueurs. Parce que quand l'atmosphère est très bon et très loud... bruyant, c'est difficile pour les autres équipes. C'est un bon avantage pour nous, bien sûr. »

* Les extraits cités ont été reproduits intégralement afin de rendre le plus fidèlement possible sa maîtrise du français.