DIVERTISSEMENT
09/10/2013 05:13 EDT | Actualisé 09/10/2013 08:46 EDT

Sortie du roman «Sous la surface» de Martin Michaud: maître confirmé du polar québécois

Agence QMI - Philippe-Olivier Contant

Martin Michaud a vendu des dizaines de milliers de copies de ses trois premiers romans. Son dernier livre, Je me souviens, lui a récemment valu le Prix St-Pacôme du roman policier 2013. Pour couronner le tout, son quatrième roman, Sous la surface, sortira le 10 octobre, alors que des projets de romans, de films et de série se profilent à l’horizon.

Depuis que les plaisirs grisants de littérature se propagent dans son organisme, l’homme n’a qu’un seul objectif : écrire, toujours écrire. « Quand j’ai vécu mon premier vrai coup de foudre, j’ai attrapé une maladie sous les couvertures… Mais dans mon cas, il s’agissait d’une couverture de livre et d’une maladie transmise textuellement. Aujourd’hui, je n’ai pas le choix d’écrire, je ne peux pas faire autrement. »

Enivré par un cours de poésie au cégep, il a fait ses débuts en écriture romanesque à 25 ans. « J’ai mis six ans à écrire mon premier roman avant de comprendre que c’était mauvais… Un peu plus tard, je me suis mis dans la tête d’écrire un truc à la Boris Vian sauce 2005. C’était un O.V.N.I. Les maisons d’édition ne savaient pas trop quoi faire de mon manuscrit... »

Amoureux des polars de Mankell, Connelly, Nesbo, Ellory et Ludlum, l’homme de 43 ans a finalement fait un premier essai fructueux dans le genre policier. Les Éditions Goélette l’ont d’ailleurs convaincu d’écrire une série tournant autour de Victor Lessard : Il ne faut pas parler dans l’ascenseur, La chorale du diable et Je me souviens. Prévoyant le retour de son personnage principal pour la rentrée automnale 2014, Michaud a eu envie de visiter de nouveaux horizons entre son troisième et son

quatrième Lessard.

Sous la surface

Sous la surface est un thriller politico-policier où les magouilles et les revirements de situations côtoient des personnages débordant d’humanité. En 2016, à la veille du Super Tuesday, jour d’une importance capitale lors des élections primaires américaines, Leah Hammet démarque au Massachusetts avec son mari, Patrick Adams, candidat favori à l’investiture démocrate. Vingt-cinq ans après avoir quitté sa ville natale, l’ex-top-modèle voit ressurgir un souvenir qui pourrait faire dérayer la campagne du candidat, qui mise sur un plan environnemental révolutionnaire. Un souvenir que tentent de divulguer certains opposants et que veulent étouffer plusieurs proches. Par tous les moyens.

Construisant son histoire avec la minutie d’un orfèvre, possédant un talent manifeste pour dissimuler les vérités et nous tenir en haleine pendant 350 pages, Martin Michaud a centré son histoire autour de Leah Hammet, une femme brisée par son passé et convaincue qu’elle ne mérite pas l’amour de son mari.

Une histoire musclée

Martin Michaud est fait pour fouiller l’âme de ses personnages, leurs secrets et ce qu’ils sont prêts à faire pour arriver à leurs fins. Même s’il dresse un portrait peu flatteur de la politique, il est convaincu que la vérité est bien pire que ce qu’il a écrit. « L’expérience me prouve que la réalité dépasse toujours la fiction. Les vraies magouilles sont encore plus trash que celles que j’ai écrites dans mon roman. Selon moi, c’est impossible de se retrouver président des États-Unis sans avoir quelques squelettes dans son placard. »

Pendant que ses fidèles lecteurs découvriront ce qui se cache sous la surface, Martin Michaud travaillera à l’adaptation d’un des tomes de Victor Lessard pour le cinéma avec un réalisateur très connu, en plus de développer un projet de série télé avec une boîte de production.

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo La rentrée culturelle (Automne 2013) Voyez les images